Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Etats-Unis opposés à la vente de T-Mobile à AT&T

Publié le

par Jeremy Pelofsky et Diane Bartz

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

FRANCFORT/WASHINGTON (Reuters) - L'administration américaine a engagé mercredi une procédure judiciaire visant à bloquer la vente par Deutsche Telekom de sa filiale américaine T-Mobile au géant AT&T pour des motifs de respect de la concurrence.

Dans une plainte déposée mercredi, le département américain de la Justice estime que l'acquisition, chiffrée à 39 milliards de dollars (27 milliards d'euros) sera négative pour les consommateurs et tirera les prix à la hausse.

"À moins que cette fusion soit bloquée, la concurrence et l'innovation seront réduites, et les consommateurs en souffriront", a déclaré Sharis Pozen, à la tête de la division antitrust du département de la Justice.

L'action Deutsche Telekom a terminé la séance en baisse de 7,64% à 8,8 euros, alors que le Dax allemand, indice phare de la Bourse de Francfort, a gagné 2,5%.

A Wall Street, le titre AT&T dévissait de 4,5%.

L'avocat d'AT&T a qualifié d'inattendue l'initiative du département de la Justice et a fait savoir que le groupe la combattrait devant les tribunaux.

Deutsche Telekom a déclaré qu'il ferait cause commune avec AT&T, estimant que ces derniers événements n'impliquaient en rien la fin de la transaction.

L'opérateur allemand prend également acte du fait que le département de la Justice est disposé à discuter d'éventuelles concessions pour résoudre les problèmes de concurrence.

Un échec du rachat de T-Mobile viendrait contrarier les projets d'expansion d'AT&T et lui coûterait cher, le groupe s'étant engagé à verser en cas de rupture de contrat une indemnité évaluée autour de 6 milliards de dollars, comprenant 3 milliards en numéraire, des fréquences et un accord sur l'itinérance avec T-Mobile.

Des concurrents d'AT&T, dont Sprint Nextel et Leap Wireless, ont déjà exprimé leur opposition à ce rachat, soulignant qu'il concentrerait 80% de la clientèle américaine de téléphonie mobile dans seulement deux opérateurs, AT&T/T-Mobile et Verizon Wireless.

La Commission fédérale des communications (FCC), habilitée avec le département de la Justice à valider ou non la transaction, a elle aussi exprimé mercredi son inquiétude quant à l'impact d'une telle fusion sur la concurrence.

Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle