Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Les États-Unis décident finalement d'immobiliser les 737 MAX avec le soutien de Boeing

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Le 14 mars, les États-Unis ont finalement annoncé l'immobilisation temporaire des Boeing 737 MAX 8 et 737 MAX 9 après le crash du vol 302 d'Ethiopian Airlines. Le constructeur aéronautique soutient cette décision mais redit sa confiance dans la sécurité de l'avion. Le logiciel MCAS développé par l'entreprise est toujours au centre des interrogations après le deuxième crash impliquant un 737 MAX en cinq mois. Les boîtes noires du vol ET 302 doivent être transférées en France pour analyse.

Les États-Unis décident finalement d'immobiliser les 737 MAX avec le soutien de Boeing
Les États-Unis ont finalement annoncé l'immobilisation temporaire des Boeing 737 MAX 8 et 737 MAX 9 après le crash du vol 302 d'Ethiopian Airlines.
© Boeing

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

La position américaine devenait intenable. Mercredi 14 mars, les États-Unis ont annoncé l’immobilisation temporaire des appareils Boeing 737 MAX 8 et 737 MAX 9. Après le crash du vol 302 d’Ethiopian Airlines, le pays était l’un des derniers à faire voler les avions du constructeur américain. Si les causes de l’accident aérien sont toujours inconnues, le rôle du logiciel MCAS développé par l’entreprise est au centre des interrogations.

Le président américain Donald Trump a annoncé lui-même cette décision avec effet immédiat. "Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9", a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche. "La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue", a ajouté le chef d’État. Le Canada et le Brésil ont également changé de position en clouant au sol l’appareil.

Boeing reste confiant dans le 737 MAX

Boeing a aussitôt réagi dans un communiqué en soutenant la décision : “[L’entreprise] a décidé - par une abondance de prudence et pour rassurer les passagers de la sécurité de l’avion - de recommander à la FAA la suspension temporaire des opérations de toute la flotte mondiale de 371 avions 737 MAX”. Le constructeur précise qu’il a une “confiance totale dans la sécurité du 737 MAX”.

L’immobilisation du 737 MAX soulève de nombreuses questions d’un point de vue industriel. Combien de temps les appareils vont-ils être cloués au sol ? Les compagnies aériennes seront-elles indemnisées ? Quel sera l’impact pour la production de l’appareil, best-seller de l’avionneur américain ? Des commandes vont-elles être annulées ? Quelles sont les réactions en France, chez les dizaines de sous-traitants qui contribuent à la fabrication des avions Boeing ?

Nouveaux témoignages de pilotes sur le 737 MAX

Depuis le 10 mars et le crash du vol d’Ethiopian Airlines, plusieurs élus américains avaient demandé à la FAA, l’agence fédérale de l'aviation américaine, l’immobilisation du 737 MAX. Le 13 mars, la pression s’est accentuée avec la révélation de plusieurs témoignages de pilotes américains sur une base de données anonyme de l’agence spatiale américaine.

Selon des récits rapportés par The Atlantic, au moins quatre rapports datant d’octobre et de novembre 2018 ont mentionné des problèmes liés au logiciel MCAS, un système de prévention de décrochage automatique. “En deux ou trois secondes, l'avion s'est mis à piquer du nez", écrit l’un des pilotes interrogés. "J'ai mentionné que j'engagerais le pilotage automatique plus tôt que d'habitude pour écarter une potentielle menace venant du MCAS", explique un autre.

Les boîtes noires analysées en France

Le rôle de ce logiciel dans le crash du vol 302 d’Ethiopian Airlines n’est pas encore établi. L’analyse des boîtes noires de l’avion doivent permettre d’éclairer les causes de l’accident. Jeudi 14 mars, la compagnie aérienne a annoncé qu’elles seraient envoyées en France au Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA), un organisme sur lequel L’Usine Nouvelle a récemment enquêté.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle