Les États-Unis auraient autorisé Huawei à acheter des composants automobiles

Surveillé de près par le gouvernement américain, Huawei aurait tout de même obtenu des autorisations pour se fournir en composants automobiles. Depuis le début de l'année 2021, le secteur fait face à des tensions d'approvisionnement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les États-Unis auraient autorisé Huawei à acheter des composants automobiles
L'activité automobile de Huawei est en pleine expansion.

Huawei a-t-il obtenu des concessions du gouvernement américain ? Selon deux sources proches du dossier, les États-Unis ont autorisé des équipementiers à vendre au groupe chinois des composants automobiles. La valeur de ces contrats atteindrait plusieurs centaines de millions de dollars en quelques mois alors que les constructeurs automobiles peinent à s'approvisionner en semi-conducteurs.

Les activités de Huawei restreintes aux États-Unis

Sous la présidence de Donald Trump, l'administration américaine a imposé à Huawei, premier fabricant mondial d'équipements télécoms, des restrictions sur l'achat et l'exportation de certains composants, notamment sur la téléphonie de cinquième génération (5G). Ces restrictions ont été renforcées sous l'administration de Joe Biden, le gouvernement estimant que les réseaux 5G du groupe constituent une menace pour sa sécurité nationale.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon des sources proches du dossier, les États-Unis ont cependant accordé des licences autorisant des fournisseurs de composants travaillant dans les écrans vidéos et les capteurs pour véhicules à proposer leurs services au groupe chinois dans le cadre de son activité automobile en pleine expansion. Les puces automobiles sont généralement considérées comme moins complexes que celles des télécoms, ce qui rend le dossier moins sensible.

Huawei se positionne sur les véhicules connectés

Une source proche des autorités a indiqué que l'administration américaine avait autorisé des licences pour des puces automobiles pouvant disposer de composants compatibles avec la 5G. Sollicité sur les licences automobiles, un porte-parole du département américain du Commerce a déclaré que Washington continuait d'appliquer de manière systématique les politiques de licence "visant à restreindre l'accès de Huawei aux produits de base, aux logiciels ou à la technologie pour des activités qui pourraient nuire à la sécurité nationale et aux intérêts de la politique étrangère des États-Unis". Il a ajouté que le département du Commerce n'était pas autorisé à communiquer sur les approbations ou les refus de licence.

Une porte-parole de Huawei a déclaré pour sa part : "Nous nous positionnons comme un nouveau fournisseur de composants pour véhicules connectés intelligents, et notre objectif est d'aider les constructeurs automobiles à produire de meilleurs véhicules."

A LIRE AUSSI

Avec Reuters (Reportage Karen Freifeld ; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS