L'Usine Auto

Les équipementiers s’attendent à une reprise lente et faible

Publié le

Entre 7.000 et 17.000 emplois auront disparu chez les équipementiers français en 2009 selon la FIEV. Le chiffre d’affaires du secteur est attendu en baisse de 20 à 25% cette année par rapport à 2008.

Les équipementiers s’attendent à une reprise lente et faible

Les ventes des usines françaises d’équipement automobile ont atteint 7,26 milliards d’euros au premier semestre 2009, selon le bilan présenté jeudi par la Fédération des industries des équipements pour véhicules (FIEV). Cette chute de 36,7% sur un an s’ajoute au recul de 11,7% déjà enregistré en 2008 par rapport à 2007. Le premier trimestre a été particulièrement difficile en raison du déstockage opéré par les constructeurs : l’activité des équipementiers chutait alors de 42,6% par rapport à la même période un an plus tôt.

Grâce à la fin du déstockage et à la prime à la casse, le recul sur l’ensemble de l’année devrait se limiter à 20 ou 25% en termes de chiffre d’affaires. Mais les conséquences sur l’emploi sont patentes : après un recul de 6,2% des effectifs en 2008, le secteur s’attend à une nouvelle baisse de 6,5% à 16% cette année, pour atteindre un effectif total de 90.000 à 100.000 personnes. Des disparitions d’emploi qui n’étonnent pas, à l’énoncé des chiffres traduisant les surcapacités de production dans certaines filières : elles atteindraient parfois les 30 à 40%.

Quant à la reprise, Claude Cham, président de la fédération, se veut « d’un optimisme prudent » pour le premier semestre 2010. « Notre industrie est obligée d’absorber les à-coups, avec les conséquences que cela entraîne sur les besoins en fonds de roulement des entreprises, qui s’accroissent. » D’où son souhait de voir émerger, peut-être des Etats Généraux de l’Industrie, de nouveaux outils financiers mieux adaptés à l’aide aux PME, par opposition au Fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA), qui intervient en soutien aux fonds propres.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte