L'Usine Energie

Les éoliennes Siemens équiperont les parcs de Dieppe-Le Tréport, Yeu-Noirmoutier et Saint-Brieuc

, , ,

Publié le

Le groupe allemand Siemens est entré sur le marché de l’éolien en France avec le rachat de Gamesa en 2017. Comme on le pressentait, c’est sa turbine 8 MW, et non celle d’Adwen, qui équipera les parcs éoliens off-shore français de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime), Yeu-Noirmoutier (Vendée) et Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Le groupe Siemens Gamesa a annoncé mardi 19 septembre qu’il maintenait son "plan industriel" au Havre avec 750 emplois directs.

Les éoliennes Siemens équiperont les parcs de Dieppe-Le Tréport, Yeu-Noirmoutier et Saint-Brieuc © Siemens AG Siemens AG

Nouvelle défaite pour Areva. C’est la turbine de l’allemand Siemens, et non celle d’Adwen (ex co-entreprise entre l’espagnol Gamesa et le français Areva) qui équipera les parcs éoliens off-shore français de Dieppe-Le Tréport 500 MW (Seine-Maritime), Yeu-Noirmoutier 500 MW (Vendée) et Saint-Brieuc 500 MW (Côtes d’Armor). Le groupe Siemens Gamesa Renewable Energy (issu de la fusion Siemens/ Gamesa), qui détient Adwen à 100 %, a annoncé mardi 19 septembre dans un communiqué qu’il abandonnait la turbine de 8MW développée par Adwen, à l’état de prototype terrestre, pour sa propre turbine 8MW en cours de développement.

Cette nouvelle ne constitue pas une surprise. Depuis l’acquisition par Siemens de Gamesa, chacun s’interrogeait en effet sur l’intérêt du fabricant allemand à lancer la fabrication en série d’une éolienne 8MW reposant sur une technologie nouvelle non éprouvée, alors qu’il était en train de mettre au point sa propre turbine 8MW à entraînement direct à partir du retour d’expérience de ses machines 6MW qui fonctionnent déjà, la 7MW est en phase de commercialisation.

Le ministère de la Transition écologique a donné son feu vert pour ce changement de turbine qui n’aura pas d’impact sur les parcs éoliens eux-mêmes. L’approbation est actée pour les projets de Dieppe-Le Tréport et Yeu-Noirmoutier du consortium Engie/EDP Renewable/Caisse des dépôts. Elle est dans les tuyaux pour le projet de Saint-Brieuc du consortium Iberdrola/Avel Vor.

"Le plan industriel sera maintenu au Havre"

"L’avis favorable de l’Etat repose sur le fait qu’il n’y aura pas de perte de performance et que le plan prévoyant la création d’unités industrielles en France n’est pas remis en cause", a expliqué mardi 19 septembre, en conférence de presse, Gwenaëlle Huet, présidente de la société Eoliennes en mer Dieppe-Le Tréport chargée de construire, d’installer et d’exploiter le parc éolien situé à 15,5 kilomètres du Tréport et 17 kilomètres de Dieppe. "Le plan industriel sera maintenu au Havre", a-t-elle insisté.

Ce plan industriel prévoit la fabrication de l’éolienne 8MW (génératrice, pales…) avec un cluster industriel pour la fabrication des principaux composants, soit 750 emplois directs. Présent à la conférence de presse mais particulièrement discret, Pilippo Cimitan, président France de Siemens Gamesa Renewable Energy, a confirmé ces chiffres en soulignant que la "création de cet outil industriel était liée à l’appel d’offres pour les champs français. Pour rendre cet outil profitable et durable, il va falloir gagner d’autres champs éoliens."

Le changement de technologie ne devrait pas trop modifier le calendrier, a précisé Gwenaëlle Huet. L’enquête publique est programmée pour le premier trimestre 2018 et la décision finale d’investissement début 2019. Les premiers kilowattheures sont attendus pour 2021, sauf si des recours viennent retarder le projet.

Claire Garnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte