L'Usine Auto

Les entreprises s'opposent à Microsoft

, , ,

Publié le

Le nouveau programme de licences de Microsoft suscite de fortes réticences chez les utilisateurs. Le Cigref, le club informatique des grandes entreprises françaises, vient ainsi de demander le report de cette nouvelle politique tarifaire censée entrer en vigueur le 1er août prochain. "Nous pensons qu'il faut attendre au moins la fin de l'année avant de la mettre en place", commente Sébastien Bachollet, délégué général adjoint du Cigref.

Annoncé en mai 2001, ce programme se traduit par la disparition des forfaits de mise à jour proposées aux entreprises sous contrat Open (PME) ou Select (grands comptes). Grâce à ces forfaits, les entreprises qui achètent des logiciels Microsoft au coup par coup peuvent ensuite acquérir de nouvelles versions à prix réduit. Avec le nouveau programme, ces versions à prix réduits disparaissent, à moins de se tourner vers un système, baptisé Software Assurance.

Souscrit pour trois ans, ce type de contrat revient à louer un logiciel sur trois ans en payant chaque année 29% de son prix total. Pendant trois ans, le client est libre de déployer la dernière version du logiciel loué. En revanche, il ne possède pas le logiciel et il lui faut se réabonner ou racheter une version complète à l'issue de la période.

Un surcoût pour la majorité des entreprises

 

 

Selon le Gartner Group, la mise en place de ce nouveau programme se traduit par une augmentation des prix de 35% à 77% pour les entreprises qui changent de logiciels tous les trois ans. Or, la majorité des sociétés le font bien moins souvent. Certaines PME utilisent par exemple la même version de Word pendant 6 ans.

 

 

Dénoncé par de nombreuses études, la politique de Microsoft a déclenché un tollé dans les entreprises. Une délégation du Cigref s'est même rendue au siège de l'éditeur à Redmond fin mars.

"Cette rencontre a permis aux grands groupes français de mettre en place un dialogue plus direct avec Microsoft France", explique Sébastien Bachollet. Du coup des grands comptes ont pu signer des accords entreprises avec Microsoft beaucoup plus intéressants. La moitié des membre du Cigref aurait déjà négocié ce genre de partenariats. Les PME, par contre, devront sans doute payer plein pot.

Les grands comptes tentent également de revoir avec Microsoft la durée du support fourni par l'éditeur pour ses logiciels. Le Cigref souhaiterait que le SAV soit garanti dans le temps et ne concerne pas seulement les deux dernières versions d'un logiciel.

Pour faire avancer le dialogue, le Cigref entend peser de tout son poids. "Comme l'an dernier, nous allons fédérer les responsables informatiques européens avec la création d'un comité euro-CIO", explique Sébastien Bachollet.

Parallèlement, les membres du Cigref évaluent les solutions alternatives à celles de Microsoft. "Nous allons organiser une journée spéciale au plus tôt en juin afin d'évaluer les alternatives des autres fournisseurs", confie Sébastien Bachollet.

 

David MAUME

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte