Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mais qu'est-ce qui va coûter 78 milliards euros aux entreprises françaises d'ici à 2030 ?

Christophe Bys , , ,

Publié le

Le cabinet de conseil RH Korn Ferry vient de publier un rapport intitulé "The salary surge". Il y estime l'impact financier de la pénurie de talents qui s'annonce. Où l'on vérifiera que ce qui est rare est cher. La facture prévue atteindrait 511 milliards d'euros pour le monde d'ici à 2030. L'économie française devra faire face à un surcoût de 78 milliards. 

Mais qu'est-ce qui va coûter 78 milliards euros aux entreprises françaises d'ici à 2030 ?
La guerre des talents va-t-elle se traduire par une inflation des salaires ?

Depuis le temps qu'elle est annoncée, on ne finissait par ne plus y croire. La crise de 2008 est passée par là, la réduction d'activités s'étant traduite par un recul des besoins en emploi. Mais avec la reprise de l'activité initiée depuis quelques mois, tous les pros des ressources humaines le disent à l'unisson : recruter devient de plus en plus difficile.

Le cabinet Korn Ferry vient de publier une étude qui montre la réalité de ce phénomène. Le manque de talents les plus qualifiés pourraient avoir pour effet une inflation salariale de grande ampleur. Le cabinet estime rien que pour la France à 78 milliards d'euros l'impact qu'aura cette inflation des salaires. Pour la zone Europe Moyen-Orient Afrique (EMEA), la même étude calcule que le surcoût moyen par salarié qualifié sera de plus de 7300 euros par salarié et par an. Au total, sur cette zone, le surcoût total atteindra 511 milliards d'euros, toujours à échéance de 2030.

Retour de l'inflation en Allemagne

Parmi les pays de la zone EMEA, c'est l'Allemagne qui devrait être la plus durement touchée par cette évolution. L'étude estime qu'un collaborateur hautement qualifié sur 6 "pourrait être amené à manquer avec pour effet un coût pour les entreprises de plus de 152 milliards d'euros". Globalement, les entreprises des Etats-Unis devront débourser 459 milliards d'euros et le Japon 404. L'étude estime aussi que la pression sur les salaires sera surtout forte pour les pays de petite taille avec un vivier de talents réduits comme Singapour ou Hong Kong.

Côté secteur, ce sont les services financiers qui devraient être les plus touchés, l'impact sur la masse salariale atteignant 380 milliards d'euros. Pour la seule industrie, le surcoût attendu est estimé à 170 milliards d'euros (dont 5,1 milliards d'euros rien que pour la France). Pour le secteur Média et Télécoms, ce sont 6 milliards supplémentaires qu'il faudra débourser. 

Plus globalement, l'étude craint que ce manque de compétences qui se traduira par une inflation salariale ne pèse sur la productivité des entreprises et la croissance des économies concernées. Ce travail a été fait toutes choses égales par ailleurs. Reste à savoir si les pays ne seront pas tentés de prendre des mesures protectionnistes limitant la mobilité de leurs talents, quitte à étouffer un peu plus la croissance. 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/06/2018 - 15h47 -

Mais de quelle croissance parlez -vous ? Nous éduquons des cerveaux pour qu'ils puissent exploiter leurs idées.......... en Amérique et fabriquer les outils que nous inventons........ en Chine ? Nos parents ont construit des entreprises qui maintenant fabriquent avec les subventions que nous versons à l'Europe dans les pays de l'Est ou du sud ? Les grands groupes pillent notre production de richesse en externalisant nos savoir faire et en mettant en concurrence ce qui reste de nos entreprises avec tous les pays pauvres du monde. Macron parle de la lèpre dont il est le vecteur le plus virulent car il oublie que le populisme des Allemands avant la guerre de 40, tenait plus des sanctions imposées par les vainqueurs pour les dommages de guerre de 1914 ,que d'une volonté de domination populiste initiée par les besoins insatisfaits .
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle