Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les entreprises du port du Havre réclament un "commando de l’axe Seine à la conquête de l’Europe"

Publié le

Pour enrayer son déclin, la place portuaire havraise réclame un "plan stratégique" qu’elle va soumettre aux candidats à l’élection présidentielle. Elle estime urgent de proposer des projets d’infrastructures pouvant bénéficier de fonds européens dans le cadre du plan Juncker 2 en préparation.

Les entreprises du port du Havre réclament un commando de l’axe Seine à la conquête de l’Europe © HAROPA - Port du Havre

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Non seulement le trafic de conteneurs stagne au Havre, non seulement Anvers reste le port de Paris pour le trafic de conteneurs, mais Le Havre craint de voir à terme son trafic siphonné par les ports du range nord (Rotterdam, Anvers…). En cause, la réalisation du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe qui reliera la Seine à l’Oise. Jeudi 5 janvier, l’Union maritime et portuaire du Havre (UMEP), qui réunit 600 entreprises et 22 000 salariés, a présenté au Havre (Seine-Maritime) un document intitulé "Seineport Europe, port of the future". Ce plan stratégique vise à assurer le développement du port du Havre, premier port français de conteneurs (2,5 millions de conteneurs EVP) et de son arrière-pays à l’horizon 2050.

Ce plan stratégique, qui va être proposé aux candidats à l’élection présidentielle, s’appuie sur la création d’un espace structurant Seineport Europe piloté par le privé – le public étant cantonné aux strictes missions régaliennes – fédérant les acteurs de la vallée de la Seine, de Gennevilliers au Havre en passant par Rouen, à l’image de Thamesport, le port du grand Londres. "Il faut refonder la stratégie portuaire nationale et il faut un commando de l’axe Seine à la conquête de l’Europe", a déclaré Michel Segain, président de l’UMEP. Egalement à la tête de la Fédération des communautés portuaires de l’axe Seine, regroupant 1 000 entreprises et 60 000 salariés, Michel Segain a insisté sur le fait qu’il n’appelait pas de ses vœux "un énième livre blanc", mais un "plan Marshall visant à engager les réformes et les investissements nécessaires au développement de l’axe Seine".

Se placer pour le plan Juncker 2 après avoir raté le premier

Mais pourquoi un tel plan stratégique aujourd'hui ? Parce qu’après avoir raté le plan Juncker 1, le plan européen d’investissement stratégique, l’axe Seine estime "urgent" de se placer dans les starting-blocks pour présenter des projets d’infrastructures pouvant bénéficier du plan Juncker 2 en préparation (630 milliards d’euros).

L’UMEP a chiffré ces projets à 17 milliards d’euros sur 30 ans. A court terme et pour 850 millions d'euros, la première urgence serait de réaliser la fameuse "chatière". Ce système permettra à des barges fluviales d’accéder aux terminaux de port 2000 par tout temps, et se faisant, pallier le vice de fabrication de ce port, construit dans l’estuaire de la Seine… sans liaison directe avec la Seine. Les autres projets urgents pointés par l’UMEP dans son plan stratégique sont l’électrification du tronçon ferroviaire Serqueux-Gisors et l’achèvement de deux postes supplémentaires à Port 2000 au Havre.

A moyen terme, le plan stratégique comprend le contournement ferroviaire nord d’Amiens, l’extension de Port 2000, la refonte du port intérieur du Havre, le prolongement du grand canal. Enfin, la réalisation de la ligne ferroviaire nouvelle Paris-Normandie figure dans les projets à long terme, pour un montant de 15 milliards d’euros.

L’état-major de l’UMEP a insisté sur la nécessité de faire du "lobbying en meute" à Bruxelles, c'est-à-dire de rompre avec les pratiques actuelles, chaque institution ayant son bureau dans la capitale belge.

Michel Segain a par ailleurs souligné l’urgence de "regarder devant et non dans le rétroviseur" sans ignorer les erreurs passées. Il a notamment évoqué le choix des pouvoirs publics de réaliser une plateforme multimodale au Havre (140 millions d’euros), un équipement conçu selon l’UMEP pour un trafic de 6 millions de conteneurs, et non 2,5 millions.

Claire Garnier

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle