Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les entreprises du numérique ne connaissent pas la crise

Publié le

Tout va bien dans le meilleur des mondes du numérique constate le baromètre Acsel-Ifop. Si ce n'est le manque de financement. Sur les 38 % des entreprises qui cherchent de l'argent, quatre sur cinq estiment qu'il sera difficile à trouver.

Les entreprises du numérique ne connaissent pas la crise

Les dirigeants des entreprises françaises de l'économie numérique sont optimistes. Interrogés par l'Ifop pour l'Acsel, l'association de l'économie numérique, ils sont 94 % à se dire confiants dans l'avenir (dont 35 % "très confiants"). C'est presque aussi bien qu'en 2009 (96 %). Cette bonne humeur à contre-courant s'explique par un marché porteur. En 2010, 84 % de ces dirigeants (industriels, prestataires de services, e-commerce) prévoyaient en effet une augmentation de leur chiffre d'affaires. Les résultats ont même dépassé leurs attentes de 4 points par rapport au prévisionnel.

Du coup, ils sont maintenant 92 % à prévoir une progression pour les six prochains mois. Pour accompagner cette croissance, 87 % de ces entreprises ont embauché, soit 10 % de plus que prévu. La tendance reste la même pour les six mois à venir (77 % prévoyant des embauches).

Un point noir cependant au milieu de cet océan d'optimisme : la difficulté à obtenir des financements. Alors que 38 % des entreprises en expriment le besoin, quatre sur cinq estiment que ces financements seront difficiles à obtenir. La bourse est oubliée (seules 4 % comptent y faire appel) et les banques considérées comme frileuses, puisqu'à peine une entreprise sur trois (31 %) envisage d'y faire appel. Le salut passera donc par les investisseurs privés, mais qui restent en nombre insuffisant.

Or, insiste Pierre Kosciusko-Morizet, président de l'Acsel et PDG de PriceMinister, "nous ne manquons pas d'entrepreneurs en France. Dans mon club d'investissement, nous recevons beaucoup de bons dossiers. Ce sont les investisseurs qui manquent". Mais, pour le Baromètre, une chose est sûre : les investissements se porteront prioritairement sur les projets de mobilité, considérés comme stratégiques par 92 % des entreprises interrogées.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle