Les entreprises du médicament ne digèrent pas les économies sur l'assurance maladie

Le Premier ministre souhaite faire 10 milliards d'euros d'économies sur l'assurance maladie. La fédération des entreprises du médicament (Leem) estime que "l'outil industriel de production" est remis en cause par les efforts demandés à l'industrie pharmaceutique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les entreprises du médicament ne digèrent pas les économies sur l'assurance maladie

C'est la sempiternelle menace des industriels français du médicament à chaque annonce gouvernementale concernant la réduction des dépenses d'assurance-maladie.

Dans un communiqué diffusé le 17 avril, la fédération des entreprises du médicament (Leem) souligne la remise "en cause (de) l'outil industriel de production" sur le sol hexagonal que "(ce) déséquilibre de cette régulation économique" implique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cette industrie refuse de "contribuer à 50 % au redressement des comptes" alors qu'elle ne pèserait "que 15 %". "Un déséquilibre qui ne se justifie pas", estime Patrick Errard, président du Leem et directeur général France du groupe pharmaceutique japonais Astellas Pharma. Selon lui, le médicament ne représente que 15 % des dépenses d'assurance maladie contre 50 % pour l'hôpital, il ne doit donc pas faire office de "pivot de la recherche de nouvelles économies" de la part du gouvernement.

La Grande-Bretagne, l'Allemagne, l’Italie et l’Espagne "concurrencent désormais lourdement la France pour la localisation sur leur sol d’activités de production", prévient l'industriel, qui rappelle "une perte d'emplois en production" consécutive d'une vaste baisse des investissements productifs dans le secteur des médicaments en France.

Pour Patrick Errard, le gouvernement doit mener des "réformes structurelles", fixer une loi de financement de l'assurance-maladie pluriannuelle plutôt qu'annuelle, et "laisser les industriels s'impliquer dans le juste usage des médicaments et investir dans le développement d'actions structurelles sur le système de santé".

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS