Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Les entreprises du Maroc et de Côte d'Ivoire en piste pour renforcer leurs relations d'affaires

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/01/2015 À 20H36

A l'occasion de la visite officielle au Maroc du président de Côte d'Ivoire Alassane Ouattara ces 20 et 21 janvier, les autorités et les milieux économiques marocains et ivoiriens ont voulu donner un coup de booster aux échanges entre les deux pays pour l'instant assez modestes mais qui progressent. Plusieurs conventions de principe ont été signées. Et un grand forum maroco-ivoirien économique à Marrakech ce mercredi a tracé des pistes de coopération.

Les entreprises du Maroc et de Côte d'Ivoire en piste pour renforcer leurs relations d'affaires
Mohammed VI et Alassane Ouattara lors de la clôture du forum économique Maroc - Côte d'Ivoire le 21 janvier à Marrakech
© SPPR MOROCCO

"Une dynamique de co-émergence en marche". Le thème du forum d'affaires maroco-ivoirien tenu ce mercredi 21 janvier à Marrakech voulait témoigner de l'élan que le Maroc et la Côte d'Ivoire veulent donner à leurs relations économiques.

Ce forum organisé notamment par la CGEM, le patronat marocain, avec la CGECi, son homologue ivoirien s'inscrit dans la visite de deux jours ces 20 et 21 janvier d'Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire qui a été accueilli par le roi du Maroc Mohammed VI. Il a réuni plusieurs centaines de personnes dans la ville ocre.

Lors du forum, selon l'agence de presse MAP, le ministre de l'Industrie et du Commerce Moulay Hafid Elalamy a proposé d'étendre son concept fétiche "d'écosystèmes" au niveau régional pour dynamiser les investissements des PME des deux pays. S'appuyant sur l'idée d'une complémentarité et d'une compétitivité partagée, le ministre marocain a notamment prôné la valorisation et la transformation de matières premières aux secteurs de l'industrie agro-alimentaire, pharmacie ou textiles. Sans oublier l'énergie.

C'est ainsi que parmi les entreprises basées au Maroc et présentes en Côte d’Ivoire figure Platinum Power, spécialisée dans le secteur de l’énergie en Afrique. Cette filiale du fonds d’investissement américain Brookstone Partners a engagé le développement de trois complexes hydroélectriques en Côte d'Ivoire dans les villes de Gao, Koulikoro et Tayaboui, projets qui ont fait l'objet d'un protocole d’accord avec le gouvernement ivoirien. Ces complexes à eux trois promettent de représenter à terme le dixième de la puissance électrique installée en Côte d'Ivoire avec une puissance potentielle globale de 200 MW.

"En plus de la génération d’électricité, ces projets structurants permettront de désenclaver les régions concernées et de contribuer à la création d’emploi à travers le recours à la main-d’œuvre locale durant la construction et l’exploitation de ces complexes hydro-électriques", a annoncé Omar Belmamoun, directeur général de Platinum Power dans un communiqué.

Pour mémoire, la Côte d'Ivoire n'est sorti d'une décennie de guerre civile plus ou moins larvée qu'en 2011. Fortement soutenue par la communauté internationale, l'économie ivoirienne s'est fortement relancée depuis. Elle devrait, selon le FMI afficher 7,9% de croissance cette année après 8,5% en 2014. Mohammed VI s'était rendu en Côte d'Ivoire voilà près d'un an à l'occasion d'une grande "tournée africaine" à vues à la fois économiques et politiques. A cette occasion de nombreux accords de principe avaient été conclus et un forum d'affaires joint s'était tenu.

Ce début de semaine au Maroc, pas moins de 16 accords, mémorandum et autres conventions ont été signés entre le royaume chérifien et la Côte d'Ivoire. Ils ont trait aux domaines régaliens comme ceux de la sécurité, la justice, l'éducation ou la santé. Les domaines économiques comme le commerce, les finances ou les infrastructures ont également eu leur place.

Les échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et la Côte d’Ivoire ont été  multipliés par trois entre 2009 et 2013, selon Mohamed Boussaid ministre de l’économie et des Finances. Il a ainsi déclaré à la MAP que “la Côte d’Ivoire constitue le 8ème fournisseur et le 5ème client du Maroc”. Fait marquant alors que le déficit commercial marocain est très lourd, le royaume affiche un solde commercial positif avec son partenaire ivoirien. En 2013, les échanges entre les deux pays s'élevaient à environ 100 millions d'euros, moins de 2% des échanges marocains, avec un excédent de plus de 80% pour Rabat.

Miriem Bensalah Chaqroun, présidente du patronat marocain a, par ailleurs, rappelé à la tribune du forum et dans un tweet qu'en 2013 le quart des investissement directs marocains étaient dirigés vers la Côte d'Ivoire.

Rapporté par un autre tweet de la CGEM, Niale Kaba, la ministre ivoirienne de l'économie a déclaré : "Nous devons oser investir au Maroc et vous devez oser investir en Côte d'Ivoire".

Le ministre marocain des transports Mohamed Najib Boulif a, lui, estimé qu'il était nécessaire de créer une liaison maritime directe entre les deux pays. Les bananes ivoiriennes ou les oranges marocaines transitent ainsi par l'Europe avant de rejoindre les marchés de Casablanca ou d'Abidjan !

Côté entreprises marocaines, les promoteurs immobiliers marocains Alliances, Addoha et Palmeraie Développement sont présents en Côte d'Ivoire. Le groupe de distribution pétrolière Akwa (Afriquia), détenu par le ministre marocain de l'Agriculture, a acquis lui fin 2014 80% du capital du distributeur ivoirien Klenzi.

Dans les télécommunications, Maroc Telecom juste après sa reprise en 2013 par l'émirati Etissalat a acquis l'an dernier auprès de son nouvel actionnaire Atlantique Telecom qui est présent en Côte d'Ivoire via l’opérateur Moov. Maroc Telecom a d'ailleurs reçu début janvier les autorisations officielles des autorités ivoiriennes pour boucler ce rachat.

Le secteur bancaire marocain avec la BCP à travers sa filiale Banque Atlantique Côte d’Ivoire et Attijariwafa bank est lui aussi fortement engagé en Côte d’Ivoire.

Reste maintenant à drainer d'autres PME marocaines vers les rives du Golfe de Guinée... ou les ivoiriennes vers l'Afrique du nord car 150 entreprises accompagnaient Alassane Ouattara. En attendant a été annoncé à Marrakech, la création d'un Conseil économique bilatéral.

Mohammed VI et Alassane Ouattara ont, enfin, présidé en fin de journée du 21 janvier la cérémonie de clôture du forum marquée par la signature de 24 accords de partenariat public-privé et privé-privé.

UM

 

Tweet d'ambiance de la CGEM

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle