Economie

Les entrepreneurs reçus à Bercy : les principales réactions

, ,

Publié le

Créateurs d'entreprises, membres du gouvernement, syndicats... les réactions ont fusé après la réunion organisée jeudi 5 octobre à Bercy pour calmer la fronde lancée par le mouvement des pigeons, des entrepreneurs révoltés contre le projet de loi de finances et le relèvement de la taxe sur les plus-values. Tour d'horizon.

Les entrepreneurs reçus à Bercy : les principales réactions

Les pigeons restent vigilants

A l'issue la réunion organisée à Bercy, le mouvement des pigeons entrepreneurs a fait part de sa satisfaction d'avoir été entendu mais ne crie pas victoire pour autant.

"Nous sommes certes satisfaits de voir le gouvernement "roucouler" sur la Loi de Finances 2013 mais nous restons vigilants et ne nous satisferons pas d'une poignée de pain sec...", peut-on lire dans un communiqué intitulé "Veni, Vidi... Vici???" et publié sur leur page Facebook.

Conscient de leur rôle de déclencheur de cette révolte des entrepreneurs, ils s'en félicitent : "François Hollande a été élu sur une promesse de rassemblement et a placé la "concertation" comme un principe politique. Malheureusement certains de ses ministres et conseillers n'ont pas cru bon d'appliquer ses bonnes paroles aux entrepreneurs. Ils ont eu tort... Les pigeons leur ont fait comprendre que faire fuir les entrepreneurs, les décourager ou les stigmatiser serait une erreur dramatique".

Les entrepreneurs reçus à Bercy

Marie Ekeland, co-présidente de France Digitale, dans une interview accordée au Nouvel Observateur :

  • "Nous avons été écoutés de manière très cordiale. Les ministres ont dit qu'ils étaient désolés d'avoir mis au point leur projet en l'absence de concertation. Ils ont également souligné que, nous aussi, nous aurions pu demander à les rencontrer avant d'exprimer notre mécontentement."
  • Les ministres "ont annoncé trois choses : des exonérations sur les plus-values si un entrepreneur réinvestit dans son entreprise ou dans une autre entreprise, quel que soit le montant qui est réinvesti; un retour sur le taux de taxation; et enfin une mission confiée à Karine Berger et Dominique Lefebvre sur le capital-risque, dont les résultats devront être donnés avant le vote de la loi de finances."
  • "Je suis extrêmement positive sur le fait qu'ils nous aient reçus. Je suis donc rassurée, optimiste mais vigilante. J'espère qu'elle va aboutir à des mesures qui vont nous permettre de poursuivre notre logique de croissance."

Olivier Duha, président de CroissancePlus


 

Marc Simoncini, fondateur de Meetic
Interrogé par lemonde.fr : "Les ministres ont évoqué des pistes mais je me prononcerai quand j'aurai vu le texte final"

Les membres du gouvernement

Pour le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, bouger n’est pas reculer
"Il faut être capable d’entendre les mouvements, il faut être capable d’agir avec pragmatisme, il faut être capable d’agir avec pragmatisme d’agir dans le dialogue. Il ne s’agit pas de reculer mais de temps en temps il faut bouger, et il faut bouger quand ça va dans le bons sens : quand une revendication légitime ou une préoccupation légitime s’exprime, il faut l’entendre, c’est ce que nous avons fait", a t-il déclaré aux caméras de France 2 à l'issue de la réunion.

Fleur Pellerin n’a pas reçu les pigeons
Sur BFM, la ministre déléguée aux PME a déclaré : "Je n’ai pas reçu les pigeons, nous avons reçu des entrepreneurs", révèle le site de l’Entreprise. Alors que le mouvement lancé sur Facebook a entraîné la réaction du gouvernement, Fleur Pellerin a ajouté que les pigeons "ne sont pas représentatifs". Ces derniers ont réagi avec humour en souhaitant une bonne fête à la ministre  (le 5 octobre est le jour de la Sainte Fleur) :


 

Les syndicats

Pour Laurence Parisot, le gouvernement a compris son erreur

"Le gouvernement a compris qu'il y avait un problème et qu'il fallait revoir sa copie", déclaré la présidente du Medef Laurence Parisot à l'antenne de RMC, ajoutant toutefois qu'elle n'avait "pas du tout la garantie qu'il va vraiment reconsidérer complètement les choses".

Force Ouvrière s’étonne de la reculade du gouvernement
Pour le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, le gouvernement  a reculé "bien facilement" sur la fiscalité des créateurs d'entreprise. "On va voir si socialement c'est la même chose, quand il y aura des problèmes", a-t-il indiqué sur France Info.

Et aussi...

Gilles Babinet, entrepreneur et ex-président du Conseil national du numérique


 

Edwy Plenel, président et co-fondateur de Mediapart


 

 

Retrouvez l'ensemble des réactions sur Twitter en suivant le hashtag #geonpi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte