Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les ennuis de Qualcomm avec Bruxelles ne sont pas terminés

Ridha Loukil , ,

Publié le

Condamné par la Commission européenne à une amende de 997 millions d’euros, Qualcomm a choisi de contester cette décision. Le groupe américain fait l’objet d’une autre enquête à Bruxelles pour ses pratiques en matière de concurrence. Autant d'actions qui fragilisent sa position dans son conflit avec Apple.

Les ennuis de Qualcomm avec Bruxelles ne sont pas terminés
Qualcomm, encore une amende pour abus de position dominante
© REUTERS/Mike Blake

Qualcomm a pris note de l’amende de 997 millions d’euros qui lui a été infligée par la Commission européenne pour abus de position dominante dans les modems 4G. Le groupe américain de semiconducteurs a choisi de contester cette décision devant la Cour européenne de justice. Une procédure à l’issue incertaine qui s’inscrit dans une stratégie défensive générale.

Eviter l'effet domino

Car Qualcomm n’est pas à ses premiers ennuis avec une autorité de la concurrence dans le monde. La Chine a ouvert la boîte de Pandore en infligeant en février 2015 une amende 975 millions de dollars pour abus de position dominante dans l’attribution de licence de ses brevets dans les technologies mobiles. Le groupe américain, numéro un mondial des puces mobiles, a accepté de payer sans broncher, et de régler le contentieux avec l’autorité chinoise de la concurrence en baissant d’un tiers les redevances de brevets exigées des constructeurs chinois de mobiles. Mais il a choisi de contester l’amende de la Corée du Sud et aujourd’hui celle de l’Union européenne. Il veut éviter à tout prix l’effet domino et décourager d’autres Etats de suivre l’exemple de la Chine. Car outre l’Union européenne, ses pratiques concurrentielles sont dans le collimateur de la Corée du Sud, de Taïwan, du Japon et même des Etats-Unis.

En Europe, Bruxelles reproche à Qualcomm d’avoir payé Apple des milliards de dollars pour en rester son fournisseur exclusif de modems entre 2011 et 2016, empêchant la firme à la pomme de faire jouer la concurrence en partageant son marché des modems avec d’autres sources d'approvisionnement comme Intel. Selon le cabinet Strategy Analytics, Qualcomm détient 50% du marché mondial des modems 4G au premier semestre 2017, loin devant le taiwanais MediaTek (23%) et le coréen Samsung Electronics (12%). Mais à l’époque des faits reprochés, son monopole frôlait les 90%, selon le communiqué de la Commission européenne.

Qualcomm suspecté de pratiquer des prix prédateurs

Si Qualcomm a choisi de se défendre, c’est qu’il sait qu’il n’en aura pas fini avec Bruxelles. Il fait en effet l’objet d’une deuxième enquête pour pratiques contraires aux règles de la concurrence dans les modems. Il est suspecté en effet d’avoir sciemment pratiqué des prix prédateurs visant l’éviction de concurrents potentiels en Europe, comme le britannique Icera. L'enquête est en cours et rien à ce stade ne laisse présager une issue, indique le communiqué de l’exécutif européen. Une chose est sûre : le contentieux avec l’Europe va durer des années.

Cette nouvelle sanction tombe à un moment compliqué pour Qualcomm. Le groupe américain donne l’impression d’être assailli de toutes parts. Sanctionné en Corée du Sud et aujourd’hui en Europe, il doit affronter la révolte de deux de ses grands clients, Apple et un autre constructeur de mobiles (Samsung Electronics selon L’Usine Nouvelle), dans les redevances de brevets qui représentent sa vache à lait. Il doit dans le même temps se défendre contre l’OPA hostile à 130 milliards de dollars de Broadcom.

Espoirs d'Apple dans le rachat de Qualcomm par Broadcom

Selon les analystes, la sanction européenne affaiblit la défense de Qualcomm devant les autorités de la concurrence partout où il est poursuivi et fragilise sa position dans le conflit qui l’oppose à Apple. Son rachat par Broadcom est vu comme une solution possible à tous ces problèmes. C'est du moins l'espoir du grand client Apple. Mais rien n'indique à ce stade que l'opération finira par aboutir.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus