Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Les engagements de l'AFD envers le Maroc, en net recul, ont atteint 254 millions d'euros en 2013

Vincent Souchon , , ,

Publié le

L'Agence française du développement (AFD) a présenté le 26 mai à Paris son rapport annuel 2013. Sur les 7,8 milliards d'euros engagés par l'établissement public, 254 millions d'euros étaient destinés au Maroc, un des plus gros investissements en Afrique du Nord. Ce chiffre s'inscrit néanmoins en baisse après les très forts programmes des exercices précédents.

Les engagements de l'AFD envers le Maroc, en net recul, ont atteint 254 millions d'euros en 2013
IMA à Casablanca que l'Afd va continuer à soutenir.
© imacasablanca.ma

L'Agence Française de Développement (AFD) a débloqué 250 millions d'euros de prêts et 4,3 millions d'euros de subventions pour le Maroc en 2013, d'après son bilan annuel présenté le 26 mai à Paris par Anne Paugam, sa directrice générale.

Ces sommes sont en recul par rapport aux montants engagés dans les conventions en 2012 et 2011 - respectivement 831,8 et 380 millions d'euros – destinés, entre autres, à financer les très grands projets marocains dans les énergies renouvelables, comme la centrale solaire d'Ouarzazate.

Le Maroc reste tout de même le deuxième plus gros investissement de l'AFD en Afrique du Nord. En tout, sur les 796 millions d'euros accordés à cette région par l'AFD, une part de 32% a été consacrée au royaume.

priorité au développement urbain et au logement social

La majeure partie du financement 2013 est destinée au projet d'aménagement urbain de la future ville nouvelle de Zenata, en périphérie de Casablanca avec un prêt de 150 millions d'euros.

"Il s'agit de bâtir une ville moderne et respectueuse de l'environnement. Ce projet rentre donc parfaitement dans le cadre des objectifs d'aide au développement de l'AFD", explique Françoise Chalier; coordinatrice du programme Maroc au siège de l'AFD.

Un autre centre intérêt de l'établissement public français a été l'accès au logement social et la lutte contre les bidonvilles. Ainsi, l'opérateur public d'aménagement Holding Al Omrane (HAO) a bénéficié de 50 millions d'euros de prêts et 500 000 euros de subventions pour l’adoption d’un plan de gestion environnementale et sociale dans le cadre du programme d'investissement 2013-2016.

L'objectif était de promouvoir la création d'offres de logement accessibles et adaptés aux familles démunies, en zones rurales et urbaines.

Vingt millions d'euros ont également servi à financer une ligne de crédit pour soutenir les petites et moyennes exploitations agricoles marocaines, dans le cadre du plan Maroc Vert.

A noter également que l'AFD a accordé 1,3 million d'euros de subventions pour une étude de faisabilité concernant le projet de métro aérien à Casablanca.

De manière globale, le total des engagements de l'AFD dans le monde a atteint 7,8 milliards d'euros en 2013, soit une croissance de 8%.

L'Afrique sub-saharienne a occupé une place importante dans le programme 2013 puisque 37% des financements de l'Agence y ont été consacrés, soit près de 2,8 milliards d'euros contre 2 milliards d'euros en 2012.

En ce qui concerne l'année 2014 au Maroc, l'AFD financera notamment le développement de l'Institut des métiers de l'aéronautique (IMA) de Casablanca.

"Notre conseil d'administration a passé des conventions avec le gouvernement marocain pour subventionner le développement de la formation professionnelle, notamment dans l'aéronautique et la métallurgie; une subvention de 0,5 million d'euros portant sur l'extension de l'IMA par exemple" confirme Françoise Chalier.

Le coût de la mise en place initiale de l’IMA en 2011, soit un total de 7,7 millions d’euros, avait fait l'objet d'un important concours de l’AFD (Agence française de développement), soit 5,6 millions d'euros.

Vincent Souchon

L'Agence française de développement (AFD) est un établissement public qui finance des projets de développement économique et social dans les pays en développement à l'aide de prêts, de subventions et de fonds de garantie.  Situé à Paris elle est dirigée par Anne Paugam depuis le 13 juin 2013.

Ses 7,8 milliards d'euros de financement 2013 se sont répartis entre l'Afrique sub-saharienne (37%), les territoires d'Outre-mer (20%), l'Asie (16%), l'Amérique Latine (15%) et l'Afrique du Nord (11%).

3,2 milliards d'euros ont été consacrés aux infrastructures et au développement urbain, 1,6 milliard au secteur productif (microcrédits, PME, secteur bancaire), 771 millions à l'éducation et la santé, 724 millions à l'assainissement et l'eau. Le reste est réparti entre l'environnement, l'agriculture et les aides budgétaires.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle