L'Usine Energie

Les énergies renouvelables et les prix favorables portent EDF en 2019

, , , ,

Publié le , mis à jour le 14/02/2020 À 10H18

EDF a dépassé les attentes des analystes en révélant le 14 février ses résultats financiers annuels. Malgré un endettement en hausse et un recul de la production nucléaire, l'électricien français est resté dynamique en 2019.

Les énergies renouvelables et les prix favorables portent EDF en 2019
EDF a publié vendredi 14 février des résultats en forte hausse au titre de 2019. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier
© BENOIT TESSIER

EDF a publié vendredi 14 février des résultats en forte hausse au titre de 2019. L'électricien français a été porté par des conditions de prix favorables en France et au Royaume-Uni ainsi que par les énergies renouvelables. Il vise une nouvelle progression de ses performances opérationnelles en 2020.

Une chute de la production hydraulique, liée à un été sec, et un recul de la production nucléaire pouvaient annoncer des performances ralenties en 2019. EDF a déjoué ce pronostic. "Nos performances 2019 confortent et prolongent le rebond enregistré en 2018, a commenté Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe dans un communiqué. EDF est une entreprise profitable qui atteint ses objectifs financiers."

EDF dépasse les attentes

Le groupe a enregistré au titre de 2019 un résultat net courant de 3,9 milliards d'euros (+57,9 %), un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 16,7 milliards d'euros (+12 %) et un chiffre d'affaires de 71,3 milliards (+4,0 %). EDF revendique aussi un cash flow positif de 1,8 milliard d'euros, sans prendre en compte le projet d'EPR Hinkley Point C au Royaume-Uni et les coûts liés au compteur communicant Linky.

Ces deux postes de dépenses ont contribué à gonfler la dette d'EDF. L'endettement financier net est passé de 33,4 milliards d'euros en 2018 à 41,1 milliards d'euros en 2019.

EDF a dans le même temps multiplié par 4,4 son résultat net part du groupe, à 5,2 milliards d'euros, en particulier grâce à la forte amélioration de son résultat financier. Selon un consensus réalisé par Refinitiv, les analystes attendaient en moyenne un résultat net part du groupe de 3,0 milliards d'euros, un Ebitda de 16,3 milliards et un chiffre d'affaires de 70,9 milliards.

Optimisme pour 2020

L'électricien public français, dont l'État détient 83,6 % du capital, a précisé qu'il visait pour 2020 un bénéfice avant impôts, charges financières, dépréciations et amortissements (Ebitda) compris entre 17,5 et 18,0 milliards d'euros, à périmètre et change constants. EDF prévoit en outre des charges opérationnelles stables, des investissements nets totaux d'environ 15,5 milliards d'euros (13,9 milliards en 2019) et, pour la période 2019-2020, un montant de cessions compris entre 2 à 3 milliards.

EDF cible également un ratio d'endettement financier net sur Ebitda d'environ 2,6 en 2020 et inférieur ou égal à 2,7 en 2021, ainsi qu'un taux de distribution représentant 45 à 50 % de son résultat net courant pour ces deux années. L'État a en effet opté pour un paiement du dividende en actions du solde du dividende 2019 et s'est engagé à faire de même au titre du dividende au titre de 2020.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte