Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les émissions carbone de l'Europe ont diminué significativement en 2018

Simon Chodorge , , ,

Publié le

L'Union européenne a vu ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) diminuer en 2018. Selon un rapport d'Eurostat publié le 8 mai, elles ont enregistré une baisse "significative" de 2,5%. Sur la même période, les émissions ont augmenté de façon importante à l'échelle mondiale.

Les émissions carbone de l'Europe ont diminué significativement en 2018
Les émissions de CO2 dans l’Union Européenne ont diminué de 2,5% en 2018 par rapport à 2017.
© Aurélie Barbaux

L’Europe s’en sort mieux que le reste du monde. Les émissions de CO2 dans l’Union européenne ont diminué de 2,5% en 2018 par rapport à 2017 selon des données publiées par Eurostat mercredi 8 mai. Une baisse “significative” selon l’office statistique de l’Union européenne. En France, les émissions de dioxyde de carbone ont chuté de 3,5% sur la même période.

“Les émissions de CO2 contribuent fortement au réchauffement de la planète et représentent environ 80% de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre dans l’UE”, rappelle Eurostat. Elles sont influencées par des facteurs tels que les conditions climatiques, la croissance économique, la taille de la population, les transports et les activités industrielles.”

Les bons et les mauvais élèves

Les plus fortes réductions d’émissions se constatent au Portugal (-9%), en Bulgarie (-8,1%) et en Irlande (-6,8%). À l’inverse, les mauvais élèves sont la Lettonie (+8,5%), Malte (+6,7%) et l’Estonie (+4,5%).

Le pays qui pèse le plus dans le bilan carbone de l’Europe est de très loin l’Allemagne avec une part de 22,5%. Le Royaume-Uni arrive second (11,4%), devant la Pologne (10,3%) puis la France (10%) qui est à égalité avec l’Italie (10%). Les “mauvais élèves” ont tendance à peser beaucoup moins lourd. La part de la Lettonie est de 0,2% tandis que celle de l’Estonie est de 0,5%.

Des rapports plus inquiétants sur le climat

La bonne nouvelle est à relativiser. Des rapports plus inquiétants se succèdent ces derniers temps pour mettre en valeur le danger du réchauffement climatique. Fin 2018, à l’époque de la COP 24, le Global Carbon Project rapportait une augmentation probable des émissions de 2,7 % à l’échelle du monde en 2018. Le 6 mai, l’Agence internationale de l’énergie alertait sur la stagnation des énergies renouvelables.

Les chiffres d’Eurostat arrivent également à la veille d’une date symbolique pour l’Union Européenne : le jour du dépassement. À partir du vendredi 10 mai, l’Europe aura épuisé toute sa part de ressources naturelles (agriculture, carbone, pêche, sylviculture…) que la planète est capable de renouveler en un an. Communiquée par WWF et le Global Footprint Network, cette donnée est observée régulièrement car elle avance d’année en année.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/05/2019 - 14h45 -

Il n’y a pas lieu de se vanter de cette diminution. En effet, lEurope, comme la Suisse, devient un pays de service. On n’y enlève plus de copeaux. L’industrie se déplace en Chine. Nous exportons donc notre pollution Dans mon entreprise, il y 20 ans, nous produisions nos propres pièces mécaniques et fabriquions et montions nos circuits dans l’entreprise. Maintenant, nos sous traitants ont les yeux bridés!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle