Les emballages verts passent du discours aux actes

Ecoconception et protection de l'environnement sont des préoccupations majeures : les fournisseurs d'emballages pour l'industrie agroalimentaire proposent de nombreuses solutions qui vont de l'injection pour parois fines à l'emploi d'encres végétales. Rapide tour d'horizon...
Partager

Après les discours, les actes ! Les préoccupations environnementales tendent de plus en plus à devenir une réalité dans les emballages, les films aussi bien que les contenants. Même si les motivations sont souvent économiques : diminution de l'écotaxe, réduction de l'impact des coûts des matières premières... ou commerciales.

Ainsi, après le Bolphane BYO, « un film thermorétractable oxobiodégradable », Bolloré introduit le Bolphane BHE 120, un autre film thermorétractable polyoléfine de 9 microns d'épaisseur. « 350 mg de film suffisent pour emballer un CD », assure l'industriel breton. De plus, sa finesse permet d'en enrouler plus sur une bobine, ce qui réduit les arrêts sur les lignes de conditionnement et entraîne des gains de place dans les stocks. Encres végétales Pour l'ennoblissement de packagings de luxe, Rexor a conçu la gamme BlueLake de films bioplastique, métallisés et/ou enduits, en cellulose à partir d'eucalyptus, en acide polylactique (PLA) et en polypropylène orienté (OPP) additivé pour être oxobiodégradable, d'une épaisseur de 20 à 50 microns.

Cette démarche caractérise aussi les fabricants d'emballages primaires. En 2006, Europlastiques présentait le concept Eurobio. Aujourd'hui industrialisables, ces barquettes en PLA, étiquettes dans le moule incluses, aux parois de 0,5 à 0,6 millimètre, peuvent être imprimées avec des encres végétales et seront bientôt pasteurisables et micro-ondables. Procap, lui, a développé les bouchons Green en utilisant un procédé d'injection pour parois fines. Résultat : le « Twist Off » TO 82, par exemple, descend de 10,5 à 6,7 grammes, soit 36 % de matière première en moins. Le bouchonnier a revu également ses procédures afin d'optimiser la fabrication, le stockage et le transport. Suppression... des caisses « En outre, cela évite l'ovalisation des produits, cause d'arrêts sur les lignes de production », indique Yves Jozefiak, directeur commercial et marketing. Le développement durable profite donc à la qualité et à la productivité.

Chez JP Aiguille, l'éco-conception des caisses-outres passe par une suppression... des caisses en carton ! L'entreprise narbonnaise propose, en effet, un sachet autoportant à double soufflet, le Bag'Innov. Il se transporte grâce à deux trous oblongs découpés sur le dessus qui font office de poignées. Sa structure, de deux à quatre couches et de 140 microns d'épaisseur sur le modèle standard, et le robinet de soutirage peuvent être adaptés au liquide à conditionner. L'ensemble pèse 46 grammes pour une capacité de 3 litres. Pour Dubray (Uni Packaging), la solution consiste même en un sachet de type Doypack à poignée, avec robinet ou bouchon amovible. Avantage de ces produits sur la caisse-outre : une fenêtre peut être créée par une réserve dans le décor afin de voir le niveau de liquide.

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS