Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les écoles d'ingénieurs limitent les frais

Arnaud Dumas

Publié le

En majorité publiques, les écoles d'ingénieurs préfèrent garder des frais de scolarité peu élevés. Et trouver d'autres ressources.

Le supérieur s'arroge une part toujours plus grande du budget de l'éducation. Avec 24,2 milliards d'euros, il en a capté 19,2 % en 2008, contre 14,6 % en 1980. Le coût par étudiant a aussi grimpé, à 10 790 euros en 2008, soit une croissance moyenne annuelle de 2,8 % depuis 2006. La raison ? Une relative baisse des effectifs couplée à l'augmentation du budget.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La question est épineuse. L'augmentation des tarifs d'inscription à l'université provoque toujours une levée de boucliers de la part des associations étudiantes. En témoigne la réaction à l'annonce de l'université Paris-Dauphine de relever les droits de scolarité de ses masters de gestion et d'économie internationale de 230 euros à entre 1 500 et 4 000 euros selon les revenus de la famille. Une augmentation permise par le statut particulier de Dauphine qui, à l'instar de certaines écoles d'ingénieurs (Arts et Métiers ParisTech, Grenoble INP, ISAE, Ecole des ponts ParisTech, etc.), a été labellisée « Grand Etablissement » par le gouvernement. Cette volonté de développer ses ressources propres se retrouve dans les écoles d'ingénieurs.

Mais pour celles-ci, pas question de faire payer les élèves. A la place, elles développent leurs contrats de recherche ou les diplômes parallèles. Les mastères spécialisés, ces formations d'un an, internes aux membres de la Conférence des grandes écoles et accessibles aux bac +5, se multiplient. Les Arts et Métiers en comptent ainsi une vingtaine, qui regroupent 360 étudiants et dont les frais d'inscription vont de 7 500 à 10 000 euros. Du coup, les frais de scolarité des ingénieurs restent raisonnables. Selon l'Observatoire de la vie étudiante, ils plafonnent à 605 euros en moyenne dans les écoles publiques (contre 3 621 euros dans les écoles privées, qui représentent moins de 25 % du total). « Nous faisons partie de l'université de Montpellier, nos tarifs sont donc fixés par le ministère, à 550 euros, explique Nadine Manenq, la responsable de la scolarité de Polytech'Montpellier. Mais ce sont les droits d'inscription les plus chers de l'université. »

 

Tout savoir sur le nouveau classement 2016 des écoles d’ingénieurs en France


 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle