Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Les drones aquatiques d’Ocean Infinity vont reprendre les recherches des débris du vol MH370

Cédric Soares , , , ,

Publié le , mis à jour le 03/01/2018 À 16H21

Vidéo Les recherches du Boeing 777 de la Malaysian Airlines disparu en 2014 reprennent. Le spécialiste de la recherche en fonds marins, Ocean Infinity, a affrété le navire  Seabed Constructor depuis l’Afrique du Sud le 2 janvier. Le bateau devrait accoster à Perth en Australie le 7 février. Sur place, la société privée mobilisera sa flotte de drones aquatiques pour essayer de retrouver des débrits de l'épave.

Les drones aquatiques d’Ocean Infinity vont reprendre les recherches des débris du vol MH370
Le spécialiste de la recherche en fonds marins, Océan Infinity, va reprendre les recherches Boeing de la compagnie Malaysian Airlines disparu pendant le vol MH370 en 2014. La compagnie devrait mettre à contribution sa flotte de drones aquatiques.
© Ocean Infinity

Ocean Infinity pourrait éclaircir un des plus grands mystères de l’aviation civile. Un Boeing 777 de la compagnie Malaysian Airlines a disparu lors du vol MH370. Le site spécialisé, Vessel finder, a révélé que le spécialiste de la recherche en fonds sous-marins a affrété son navire, le Seabed Constructor. Le bateau a quitté les côtes d’Afrique du Sud le 2 janvier et devrait arriver à Perth (Australie) le 7 février prochain.

Au mois d'août dernier, la société américaine avait offert de reprendre les investigations, à ses frais. En octobre un accord a été signé en ce sens avec le gouvernement de Malaisie. Son cadre précise que Ocean Infinity ne sera rétribué que si les recherches aboutissent.

Depuis le 17 janvier 2017, les autorités australiennes, chinoises et malaysiennes ont arrêté leurs démarches en vue retrouver des débris de l’appareil, après avoir quadrillé une zone de 120 000 km2 dans le sud de l’Océan Indien. L’avion s’est volatilisé le 8 mars 2014.

Uune flotte de douze drones

La flotte d’Ocean Infinity se compose de douze drones. Six appareils sous-marins AUV (autonomous underwater vehicules, acronyme anglais) de type HUGIN opèrent jusqu’à 6 000 mètres de profondeurs. Les unités sont équipées de sonars et de sondes océanographique CTD (conductivity température depth, acronyme anglais) et d’une caméra. Chaque engin dispose d’une autonomie de 100 heures en navigant à quatre noeuds.

Six bateaux sans conducteurs USV (unmanned surface venicules, acronyme anglais) naviguent en surface. Les embarcations, de modèle C-Worker 5, permettent de positionner les AUV et d’assurer une communication constante. Lors des recherches, chaque drone peut tenir sept jours à sept nœuds entre deux recherches.

Le norvégien Kongsberg Maritime fourni les AUV et l’américaine ASV Global les USV. De plus, l’armateur Swire Seabed affrète un navire de transport pour le compte d'Ocean Infinity.

L’ensemble de la flotte est encore en cours de rodage. L’opérateur de recherche en fonds sous-marins et ses fournisseurs communiquent via Twitter la réussite de leurs tests.

 

 

 

Ocean Infinity a commandé deux nouveaux ASV et USV au cours du mois d'août pour compléter sa flotte. 

Les recherches du Boeing 777 de la Malaysian ont été suspendues, au bout de trois ans. L’arrêt est dû à la fois à leur coût et au manque de résultats. Le vol MH370 reliait Kuala Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine). L’avion est sorti des écrans radars une heure après son décollage, vendredi 8 mars. A son bord figuraient 239 passagers, dont quatre français.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle