Les distributeurs partagent leurs expériences

Pour rassurer ses clients, la grande distribution européenne verrouille ses dispositifs de qualité au-delà des obligations légales. Elle place une partie de ses actions hors du champ de la concurrence.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les distributeurs partagent leurs expériences

La grande distribution apprécie la discrétion. Même lorsqu'elle s'efforce de renforcer la qualité et la sécurité des produits en remontant très en amont dans la filière alimentaire. L'initiative du CIES, un organisme qui rassemble 457 distributeurs et producteurs mondiaux, et qui a lancé à la fin de l'année dernière une " initiative mondiale pour la sécurité alimentaire " (Global Food Safety Initiative), est emblématique. Face au constat récurrent de la perte de confiance des consommateurs, des erreurs des gouvernements et du rôle des médias, qui augmenteraient la confusion, les grands de la distribution cherchent des solutions et veulent impliquer les industriels dans leurs approches. Les enseignes jouent la carte de la prévention Ce projet d'initiative mondiale, soutenu par une trentaine de groupes de distribution, poursuit des objectifs sanitaires et économiques : il s'agit à la fois d'améliorer la sécurité alimentaire, de restaurer la confiance tout au long de la chaîne, tout en réalisant des économies. " Nous avons pris conscience de la nécessité d'analyser les performances des fournisseurs ", déclarait récemment Hugo Byrnes, responsable du programme sécurité alimentaire du CIES. " Concrètement, nous travaillons à la mise au point d'une "norme" mondiale, portant essentiellement sur l'accréditation des audits ", précise-t-il. " Dans cette approche, nous évaluons les pratiques agricoles de gestion et de fabrication, la méthode HACCP, les systèmes d'assurance qualité, de traçabilité et les rappels de produits. Nous les agréons ou non en fonction des exigences de qualité et de sécurité des distributeurs ", poursuit Hugo Byrnes. Cette démarche traduit aussi une certaine méfiance du monde de la distribution à l'égard des autorités nationales. " L'apparition de cas d'ESB en Allemagne montre que les systèmes de contrôle officiels peuvent être pris en défaut ", déclare Angela Weydringer, directrice de la qualité d'Edeka, un groupe de distribution allemand. Depuis l'extension de la crise de la vache folle, l'entreprise veut renforcer ses dispositifs de sécurité. Un moyen pour elle d'anticiper l'émergence du risque pénal " à l'américaine ". Face à l'ESB, Angela Weydringer met également en garde contre les allégations du marketing : " L'introduction des tests ne nous autorise pas un étiquetage "garanti sans ESB". Nous ne pouvons qu'indiquer "testé contre l'ESB". " " Nous n'avons pas cru le gouvernement lorsqu'il affirmait que la viande britannique ne comportait aucun risque pour les consommateurs, et nous avons arrêté d'en vendre. Si nous ne l'avions pas fait, cela nous aurait coûté cher ", ajoute Bill Wadsworth, responsable de l'assurance qualité d'Iceland Frozen Foods. Pour rassurer le consommateur, ce distributeur anglais multiplie les efforts en amont des filières. Il a par exemple fait supprimer les colorants destinés à renforcer le jaune des oeufs. Les OGM ont été bannis et un guide a été publié à l'intention des consommateurs. Iceland a d'ailleurs créé son propre étiquetage avant l'entrée en vigueur d'une réglementation européenne. Les produits d'origine agrobiologique ont aussi été introduits dans l'offre, sans incidence sur les prix. Outre-Manche toujours, Superquinn, une chaîne de supermarchés irlandaise, joue la carte de la sécurité pour fidéliser ses clients. Avec un raisonnement économique implacable : une famille dépensera, pour se nourrir, environ 150 euros par semaine dans ses commerces, soit 7 800 euros par an ou 390 000 euros (2,5 millions de francs) au cours d'une vie ! La traçabilité et l'assurance qualité ont été mises en place depuis 1989 pour la viande bovine. Des efforts payants puisque ses ventes de boeuf ont augmenté de 6 % en 1996, année où le gouvernement britannique a reconnu le lien entre l'ESB et le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Depuis 1999, Superquinn a introduit la traçabilité génétique sur la viande bovine. Et sur ses tickets de caisse, elle affiche même le nom du principal fournisseur de viande de la semaine.

Laurent Viel


Initiatives Le projet Fossec. Des producteurs, transformateurs, distributeurs et organisations de consommateurs européens sont en discussion pour créer une " table ronde " permanente, baptisée " FoSeC " (Food Safety in the entire Chain), dédiée à la sécurité sur la filière. Objectif : s'accorder sur des critères " minimaux " auxquels tous pourraient se référer. Commerce Ethique. Dans les pays anglo-saxons, les projets revendiquant la promotion de bonnes pratiques sociales dans le monde du travail émergent, notamment dans la distribution. Marks & Spencer, Safeway, Tesco ont ainsi adhéré à l'Ethical Trade Initiative (ETI). Leur volonté : s'inscrire dans une approche globale de la qualité. Analyse La sécurité au service du marketing ? Les distributeurs mettent en valeur, de manière légitime, leurs efforts. La sécurité deviendrait-elle pour autant un argument de marketing ? Les professionnels ne le pensent pas. " La sécurité alimentaire ne doit pas devenir un avantage concurrentiel. Tous les produits doivent être sûrs ", affirme Nigel Garbutt, président d'Eurep. Ce groupe de travail des distributeurs européens est à l'origine des standards Eurepgap ; qui fixent des bonnes pratiques agricoles, tant pour les plantes que pour l'élevage. Ils cherchent par exemple à réduire les traitements agrochimiques ou le recours aux médicaments pour les animaux. " Ces normes de sécurité doivent permettre aux distributeurs de se différencier entre eux et leur procurer un langage commun face à leurs fournisseurs ", ajoute Nigel Garbutt. Tous les acteurs de la filière sont libres d'adhérer à ce système, mais personne ne souhaite le médiatiser.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS