Les dirigeants d'Opel et les syndicats se mettent d'accord

Il fallait que les deux parties signent un accord pour que les aides publiques européennes, plus particulièrement allemandes, soient accordées à la filiale de GM. Pour les syndicats, la potion sera amère: 8.300 emplois en passe d'être supprimés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les dirigeants d'Opel et les syndicats se mettent d'accord

Après plusieurs mois de tergiversations, les syndicats des employés d’Opel/Vauxhall et les dirigeants ce constructeur automobile ont signé un accord. Un accord qui est le préalable aux octrois d’aides publiques de la part du gouvernement fédéral comme de trois états régionaux concernés.

La direction d’Opel a maintenant les mains libres pour mettre en œuvre un plan drastique de compression des salaires. Les syndicats ont accepté que soient économisés 260 millions d’euros par an, jusqu’en 2014. Un recul de leur part, le couteau sous la gorge, puisqu’ils avaient publié une déclaration en février dernier dont l’un des points clefs était le suivant : « Les aides gouvernementales ne doivent pas être utilisées pour financer des fermetures et des licenciements secs».

En vérité, c’est une purge que va subir la filiale européenne de General Motors: suppression de 8.300 emplois sur les 50.000 salariés d’Opel en Europe, conformément aux exigences de GM pour continuer à injecter du sang frais - 11 milliards d’euros d’ici 2014 – dans ce grand corps automobile malade.

Maintenant, Opel attend les aides publiques promises par l’Europe. Le plus gros de ce tribu proviendra de l’Allemagne qui devrait débourser 1,5 milliard d’euros sous forme de garanties. Or, les choses pourraient prendre plus de temps que prévu, comme l’a sous-entendu le ministre de l’Economie, Rainer Brüderle, à la suite d’une réunion, le lundi 31 mai, des conseillers du fonds de secours allemand.

Au début de l’année, la survie d’Opel s’était avérée plus incertaine que jamais. Le ministère de l’Economie à Berlin avait douté de la viabilité du plan de restructuration mijoté par Opel et il s’était inquiété des pertes d’emploi envisagées.

0 Commentaire

Les dirigeants d'Opel et les syndicats se mettent d'accord

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS