Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les différends financiers conduisent Ascométal au redressement judicaire

, , , ,

Publié le

Les ultimes espoirs d’accord entre le fonds d’investissement américain Apollo et les banques américaines se sont envolés le 7 mars à Nanterre (Hauts-de-Seine), où le tribunal de commerce a placé le groupe Ascométal, la filiale sidérurgique d’Appolo, en redressement judiciaire pour une période de six mois.

Les différends financiers conduisent Ascométal au redressement judicaire © Joe Gratz - Flickr - C.C.

Confiants encore le 6 mars en une possible issue des négociations entre le fonds d’investissement américain Apollo et ses créancières, les banques Morgan Stanley et Bank of America, les 1 900 salariés français d’Ascométal ont déchanté vendredi matin 7 mars en apprenant le placement en redressement judiciaire du groupe sidérurgique. Tout en déplorant cet échec, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg assure que cette décision ne fragilise pas l’entreprise, qui se trouve ainsi à l’abri des contraintes exercées par les banques, et fait état de "plusieurs marques d’intérêt" pour la reprise des sites.

"Le placement en redressement judiciaire pourrait être positif s’il privilégiait des solutions plus industrielles que financières. Mais ces offres de reprise doivent se concrétiser rapidement, avant que la situation ne fasse baisser les commandes", estime Xavier Le Coq, secrétaire national de la Fédération métallurgie CFE-CGC en charge de la métallurgie.

"Le problème d’Ascométal n’est pas industriel, mais purement financier"

En Lorraine, où le sidérurgiste emploie près de 700 salariés, les syndicats se préparent à une mobilisation pour le maintien des installations et tirent un bilan amer des trois années de gestion du fonds Apollo. Spécialisée dans les produits spéciaux pour l’automobile, l’usine Ascométal qui emploie 580 salariés à Hagondange (Moselle) n’a plus connu d’investissement majeur depuis 2007, lorsque son ancien actionnaire Lucchini avait consacré 38 millions d’euros à l’amélioration de son laminoir.

Vieillissant, mais opérationnel, le site a néanmoins gagné des parts de marché auprès des constructeurs européens. "Nous attentons de savoir à quelle sauce nous allons à nouveau être mangés. Le problème d’Ascométal n’est pas industriel, mais purement financier. Nos problèmes ont commencé dès l’arrivée d’Appolo, qui nous a plombés par sa dette", estime Fabrice Repele, délégué CGT d’Ascométal à Hagondange.

Les salariés s’estiment de surcroîts trahis par des promesses non tenues suite à l’acceptation au forceps d’un accord de flexibilité en septembre dernier. La direction assurait alors que cet accord, qui a entraîné de fortes divisions syndicales, serait de nature à convaincre Appolo de réinjecter du cash dans sa filiale sidérurgique.

Ascometal emploie 1 900 salariés sur six sites : Dunkerque (Nord), Hagondange (Moselle), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Custines (Meurthe-et-Moselle) Le Marais (Loire) et Le Cheylas (Isère).

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle