Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les deux usines de Cooper Standard à Rennes et à Vitré devraient fermer

, , , ,

Publié le

L'équipementier automobile nord-américain Cooper Standard envisage la fermeture de ses deux usines de fabrication de pièces en caoutchouc pour regrouper son personnel sur un même site près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Il sera d'une taille mieux adaptée à ses besoins compte-tenu de la réduction des activités de l'usine bretonne de PSA.

Les deux usines de Cooper Standard à Rennes et à Vitré devraient fermer © Cooper

Le groupe nord-américain Cooper Standard travaille au projet de regroupement de ses usines de Rennes et de Vitré (Ille-et-Vilaine) depuis plusieurs mois. Un comité central d'entreprise a eu lieu le lundi 15 juillet à Rennes au cours duquel la direction a présenté son plan aux délégués du personnel.

Il passerait par le regroupement des usines de Rennes (900 salariés) et de Vitré (700 salariés) sur un même site occupé en location à Chateaubourg, une commune située à une dizaine de kilomètres à l'est de la capitale bretonne près de l'axe autoroutier entre Rennes et Paris.

Cooper Standard occuperait ce nouveau site, sans doute pas avant 2015, sous la forme d'une location puisque la Caisse des Dépôts pourrait le financer en partie. Cette restructuration devrait s'accompagner de la suppression de 100 postes de travail, près de la moitié grâce à des départs en retraite non remplacés.

Les sites de Cooper Standard à Rennes et Vitré fabriquent des joints en caoutchouc ainsi que les mélanges nécessaires à cette production. Cette activité de mélanges pourrait rejoindre le site du groupe situé à Lillebonne (Seine-Maritime). L'équipementier souffre et veut limiter ses frais de structure car il est très dépendant des activités de l'usine PSA de Rennes dont l'effectif est en forte baisse avec la suppression en cours de 1 400 emplois et une longue succession, depuis des mois, des journées de chômage technique.

Le site initial de Cooper Standard à Rennes – l’usine de la Barre Thomas – est développé sur 25 hectares. Il s'agit d'une emprise foncière de premier plan d'une valeur de plusieurs dizaines de millions d'euros. La ville de Rennes va être vigilante et entend avoir son mot à dire concernant la transformation éventuelle du site.

Un nouveau CCE est prévu en septembre au cours duquel les représentants du personnel auront à se prononcer sur ce projet. D'ores et déjà, le syndicat CGT considère qu'il est dangereux car l'entreprise risque de se séparer d'un bien foncier et aura donc moins de garanties à présenter en cas de besoins financiers nouveaux.

Stanislas Du Guerny

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

16/07/2013 - 09h59 -

Pourquoi ne pas nommer cet article :

"COOPER SE RESTRUCTURE ET RASSEMBLE SES 2 SITES DE RENNES ET VITRE" au lieu - UNE FOIS DE PLUS - d'un titre plein de noirceur...

Merci les journalistes de l'usine nouvelle pour le soutien à l'industrie!!!!!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle