Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les derniers millions de la folle aventure de l'écotaxe

, , ,

Publié le

L'État a lancé un appel d'offres pour le démantèlement des portiques écotaxe. Date de clôture prévue : fin avril. Le dispositif, abandonné en octobre dernier, devrait coûter 1,6 millions d'euros...rien que pour le démantèlement des portiques.

Les derniers millions de la folle aventure de l'écotaxe © Wikimedia commons

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

C’est la dernière station d’un long chemin de croix. L’appel d’offres pour le démantèlement des portiques érigés dans le cadre de l’écotaxe, lancé discrètement il y a deux mois, sera clos fin avril. Le coût minimum du démantèlement est de 1,6 million d’euros, selon Europe 1, sans compter celui de la remise en état et du recyclage. Peu de chose, finalement, en regard du milliard d’euros qu’aura coûté la folle aventure de l’écotaxe, un concentré d’erreurs techniques, politiques et de communication.

De la grande écotaxe...

Tout avait bien commencé en 2009, quand l’Assemblée nationale, dans un rare élan de quasi-unanimité, vote la mise en place de l’écotaxe. Les députés viennent de laisser les clés d’un camion fou aux mains du gouvernement Fillon. Le prestataire choisi crée Ecomouv’ et imagine un système complexe qui se veut novateur, au lieu de s’inspirer des exemples à l’étranger. Des produits de haute technologie sont installés sur des portiques bien visibles, propres à focaliser la colère, et presque inutiles : leur seul rôle est de lutter contre la fraude.

...À LA PETITE SURTAXE

Dès le début, le ver est dans le fruit. On connaît la suite. Le gouvernement recule, met en place une commission parlementaire qui fait des propositions raisonnables pour conserver une écotaxe édulcorée. "Une solution équilibrée de bon sens", selon Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie. Solution qui sera jetée au panier. L’État capitule en multipliant les annonces contradictoires. L’idée d’utiliser les portiques "pour mesurer les embouteillages, prévenir les intempéries" était une coûteuse chimère, la mise en place d’une vignette fait long feu. Ce sera finalement une surtaxe de 4 centimes par litre de gazole. La baisse du pétrole aidant, les entreprises de transport grognent à peine, signe qu’une écotaxe bien ficelée aurait probablement pu être mise en place...

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/04/2015 - 08h51 -

Et combien aurait coûté cette taxe aux ménages ? Puisque évidemment les entreprises auraient aussitôt retransmis cet impôt dans leurs prix .
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle