Les députés adoptent une réforme des licenciements économiques

Dans le cadre de la retranscription dans une loi de l'accord national interprofessionnel (ANI) conclu en janvier entre patronat et syndicats, les députés ont adopté l'assouplissement des règles régissant les plans de sauvegarde de l'emploi.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les députés adoptent une réforme des licenciements économiques

Le juge civil ne pourra plus intervenir dans les recours contre un plan de sauvegarde de l'emploi (plan social). C'est ce qui ressort de l'article adopté le 8 avril par les députés visant à réformer la procédure des licenciements économiques, comme le rapporte l'AFP.

Une disposition essentielle du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi actuellement discutée au Parlement. Ainsi, les licenciements économiques ne pourront plus faire l'objet d'un recours devant un tribunal de grande instance une fois validés par les syndicats et les représentants du personnel (majoritaires dans l'entreprise) ou l'administration du travail.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon l'AFP, en adoptant un amendement du socialiste Jean-Marc Germain, l'Assemblée nationale a allongé de huit à quinze jours le délai laissé à l'administration pour se prononcer, "sur le respect des règles mais pas sur l'existence d'un motif économique réel et sérieux".

Les députés Front de gauche ont dénoncé ce "choix d'évincer le juge civil de la procédure de contrôle du plan de sauvegarde de l'emploi". "On nous répète que le motif sera contrôlé par le conseil des prud'hommes, mais quelle sera la marge de manoeuvre d'un conseil des prud'hommes ou même d'une Cour d'appel face à un PSE qui aura été avalisé par l'administration du travail et parfois signé par des organisations syndicales majoritaires ?", a ainsi déploré la députée communiste Jacqueline Fraysse, comme le rapporte l'AFP.

L'accord national interprofessionnel (ANI) a été signé en janvier par le patronat et trois syndicats majoritaires (CFDT, CFTC, CFE-CGC).

0 Commentaire

Les députés adoptent une réforme des licenciements économiques

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS