Les députés adoptent un amendement pour débaptiser les steaks, saucisses ou filets vegans

Steak vegan, saucisse végétale, aliments sans viande mais "goût bacon"... Ces produits alimentaires gagnent en popularité avec le développement du véganisme. Le problème selon un député LREM : ces appellations seraient trompeuses. Désormais, les entreprises agroalimentaires devront trouver d'autres noms à leurs produits végétaux, même s'ils imitent la viande. L'Assemblée nationale a adopté un amendement en ce sens dans le cadre de l'examen du projet de loi agriculture et alimentation.

Partager
Les députés adoptent un amendement pour débaptiser les steaks, saucisses ou filets vegans
Contre toute apparence, ce steak élaboré par Impossible Foods, ne contient pas de viande.

Le projet de loi agriculture et alimentation est examiné depuis le mardi 17 avril à l’Assemblée nationale en commission des Affaires économiques. Un amendement inattendu a été adopté par les députés le jeudi 19 avril lors de ces discussions. Le texte vise à réguler l’appellation des produits végétaux et concerne notamment les aliments vegans. Pour rappel, le véganisme est un mode de consommation qui exclut les produits issus de l'exploitation animale : viandes, poissons, produits laitiers, vêtements issus des animaux, cosmétiques testés sur eux, etc. La croissance de cette pratique a amené au développement de produits végétaux imitant les aliments carnés ou reprenant leur nom.

“Les dénominations associées aux produits d’origine animale ne peuvent pas être utilisées pour commercialiser des produits alimentaires contenant une part significative de matières d’origine végétale”, indique l’amendement adopté. Il en serait donc fini des “steaks” de soja ou de lentille, des “saucisses” vegans ou encore des aliments “goût bacon”. Cette “part significative de matières d’origine végétale” n’est pas encore définie précisément, elle sera fixée par arrêté, si le projet de loi agriculture et alimentation est bien promulgué. Les contrevenants à cet amendement risqueront une amende pouvant aller jusqu’à 300 000 euros.

Des dénominations trompreuses pour le consommateur argumente l'amendement

Alors que les entreprises de l'agroalimentaire trouvent des répliques de viandes plus en plus convaincantes, le texte de l’amendement argumente que leurs dénominations peuvent être trompeuses pour le consommateur : “Une préparation à base de viande et de matières végétales, comme le soja, très rentable pour le producteur par rapport à un bifteck pur bœuf, peut faire l’objet d’une présentation ‘marketing’ qui donne l’impression au consommateur qu’il consomme uniquement de la viande.”

Pour certains produits alimentaires, la parade est déjà trouvée avec des appellations telles que “vromage”. L’entreprise à succès de Clermont-Ferrand sera-t-elle concernée par la mesure sachant qu’elle s’appelle La Petite Frawmagerie ?

En marge des acteurs historiques du biologique, les leaders de l’agroalimentaire investissent de plus en plus dans la filière végétale à l’instar de Bonduelle, Fleury Michon et Nestlé à travers sa marque de charcuterie Herta. En 2016, Danone rachetait pour 12,5 milliards de dollars l’américain WhiteWave Foods, spécialiste des produits biologiques. "Il y aura forcément un délai pour laisser le temps à l’industrie agroalimentaire de s’adapter", assure à L'Usine Nouvelle Jean-Baptise Moreau, le député LREM qui a porté l'amendement.

Un texte élaboré pour la filière viande ?

La mesure fait néanmoins des vagues chez certains adeptes du végétalisme ou du veganisme. D’autant plus que son auteur, Jean-Baptiste Moreau est éleveur bovin et président de coopérative agricole lorsqu’il n’est pas sur les bancs de l’Assemblée. Le député se défend pour autant de défendre la filière viande : "Je ne vois pas en quoi cette mesure empêche le succès des produits vegans. S’ils ne mangent plus de viande, où est le problème de ne plus utiliser de vocables liés à l’alimentation carnée ?"

On peut s’interroger à juste titre sur les limites du dispositif : est-ce que les saucisses ou le hamburger ont vraiment leur place dans cette liste alors que leur etymologie ne renvoie pas forcément à la viande ? L'association de défense des animaux L214 a ironisé sur l'amendement en rappellant nombre de vocables trompeurs qui tiennent une bonne place dans nos assiettes, du beurre de cacachuètes au fromage de tête.

"Il faut qu’on le retravaille avec le ministère de l’agriculture mais il y aura sans doute une liste d’appellations qui sont utilisées dans le domaine carné et qui n’ont pas vocation à s’appliquer à des produits essentiellement composés de végétaux", explique Jean-Baptiste Moreau. Face à ces débats, nous sommes tentés de citer le soupir de Juliette à propos de son Roméo : “Ce que nous appelons une rose, sous un autre nom, sentirait aussi bon.”

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - OCAPIAT

Fourniture de signalétique et publicité sur lieu de vente

DATE DE REPONSE 16/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS