Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Les dépenses militaires mondiales atteignent 230 dollars par habitant (et l'industrie française entend en tirer parti)

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

A l’échelle mondiale, les dépenses militaires et en armement ont cru légèrement l’an dernier, en particulier en Asie et Océanie et au Moyen-Orient. Une situation dont tirent parti les industriels français de la défense.

Les dépenses militaires mondiales atteignent 230 dollars par habitant (et l'industrie française entend en tirer parti)
Les dépenses militaires et en armement ont cru légèrement l’an dernier, en particulier en Asie et Océanie et au Moyen-Orient.
© MACHAYEKHI Antonia

Avec 1 739 milliards de dollars en 2017, les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 1,1 % en termes réels par rapport à 2016, selon les chiffres publiés le 2 mai par l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (SIPRI). Elles représentent désormais 2,2% du produit intérieur brut mondial (PIB), soit 230 dollars par habitant.

Les États-Unis affichent toujours les dépenses militaires les plus élevées au monde, avec 610 milliards de dollars. Un budget stable, alors qu’une baisse avait été amorcée depuis 2010. "Les dépenses militaires américaines devraient augmenter considérablement en 2018, pour soutenir l'augmentation du personnel militaire et la modernisation des armes classiques et des armes nucléaires", estime dans un communiqué Aude Fleurant, directrice du programme AMEX du SIPRI.

Tensions entre la Chine et plusieurs de ses voisins

Derrière eux figure la Chine, dont le budget militaire représente désormais 13% des dépenses mondiales, et a cru de 5,6% l’an dernier. Une tendance à la hausse qui dure depuis plus de deux décennies, relève le Sipri. "Les tensions entre la Chine et plusieurs de ses voisins entraînent une augmentation des dépenses militaires en Asie", précise Siemon Wezeman, chercheur principal au programme AMEX du SIPRI.

La moitié des dépenses réalisée par les pays de l’OTAN

A contrario, la Russie enregistre une baisse de son budget militaire, avec 66,3 milliards de dollars investis l’an dernier, en raison des difficultés économiques rencontrées par le pays. "Poussées, en partie, par la perception d'une menace croissante de la part de la Russie, les dépenses militaires en Europe centrale et occidentale ont augmenté respectivement de 12% et 1,7%", relève le communiqué. De nombreux États européens ont notamment convenu d’augmenter leurs dépenses dans le cadre de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), dont les 29 membres ont réalisé la moitié des dépenses mondiales l’an dernier, avec 900 milliards de dollars investis dans le militaire.

5,2% du PIB du Moyen-Orient dédié au militaire, un record

Les dépenses militaires au Moyen-Orient ont augmenté de 6,2 %, l’an dernier et représentaient 5,2% du PIB de la région, alors qu’aucune autre région du monde n'a consacré plus de 1,8 % de son PIB aux dépenses militaires. S’observe notamment de la hausse du budget alloué par l'Arabie saoudite au militaire, avec 69,4 milliards de dollars investis en 2017.

"Malgré les prix bas du pétrole, les conflits armés et les rivalités au Moyen-Orient entraînent une hausse des dépenses militaires dans la région", note Pieter Wezeman, chercheur principal au programme AMEX du SIPRI. Sept des dix pays ayant la plus grande 'charge militaire' au monde sont ainsi localisés dans la région : Oman (12% du PIB), Arabie saoudite (10% du PIB), Koweït (5,8% du PIB), Jordanie (4,8% du PIB), Israël (4,7% du PIB), Liban (4,5% du PIB), et Bahreïn (4,1% du PIB).

Des situations de conflits dont tire parti l’industrie française de la défense.

Entre 2013 et 2017, les Français ont vu leur part de marché croître de près d’un point, par rapport à 2008-2012, pour atteindre 6,7%, relevait en mars le Sipri, en comptabilisant tous les transferts internationaux d’armes majeures aux États, aux organisations internationales et aux groupes armés non étatiques. Sur ce marché en hausse en volume de 10% par rapport au quinquennat précédent, les industriels hexagonaux avaient vendu 27% d’armes en plus. Dépassant l’Allemagne et s’offrant ainsi la place de troisième exportateur mondial, derrière les Etats-Unis et la Russie.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle