Les défaillances dans l’automobile française ont augmenté de 11% sur un an

Les équipementiers sont secoués par la baisse des volumes de véhicules produits en France, selon une étude Coface publiée ce jeudi 26 septembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les défaillances dans l’automobile française ont augmenté de 11% sur un an

La crise française de l’automobile n’est pas finie. Coface a enregistré à fin juillet (12 mois glissants) une hausse de 11% des défaillances des entreprises du secteur, alors que le nombre de défaillances des entreprises en France, tous secteurs confondus, n’a augmenté que de 5,9%. "La production est en chute depuis 2007. 2013 devrait encore se traduire par un recul de 10%, prévoit Patrice Julé, responsable arbitrage de la branche auto-métaux-aéronautique de Coface. Le CNPA rapporte que 15 000 emplois pourraient être menacés en 2013 dans le commerce et la réparation automobile ". Toute la chaine de valeur du secteur est touchée.

Plus d’un quart des défaillances concernent les équipementiers de rangs 2 et inférieurs. Les causes du mal sont connues. La production française a baissé de 20% au 1er semestre par rapport à la même période l’année dernière, soit 910 000 véhicules. La Fédération des Industries des Équipements pour Véhicules (FIEV) estime ainsi que la production pour 2013 atteindra seulement 1,7 millions d’unités, soit un recul de 13,5%.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En conséquence, les entreprises concentrées sur les constructeurs français et peu internationalisées sont les plus vulnérables. "Les défaillances d’ETI et de PME automobiles représentent un coût fournisseurs de 206 millions d’euros" précise Jennifer Forest, économiste sénior chez Coface. Selon la Fiev, la baisse des ventes d’équipements (première monte, comme remplacement) a atteint 9,4% à fin juin 2013. 79 050 salariés travaillent aujourd’hui en France dans des entreprises de sous-traitance automobile.

La filière touchée en aval

La filière est aussi touchée en aval. En période de crise, les conducteurs réduisent leur budget alloué aux frais d’entretien de leurs véhicules privilégiant le "Do it yourself". Le nombre de défaillances chez les garagistes et sociétés d’entretien représente 40% des défaillances dans le secteur. Les concessions souffrent également, touchées par la crise mais aussi par la mutation des modes de consommation. Un tiers des défaillances se retrouve dans les réseaux de distribution.

"Le modèle traditionnel de la concession doit évoluer et s’inspirer des autres canaux de distribution, souligne Patrice Julé. Les concessionnaires doivent proposer des offres plus adaptées à l’évolution des besoins des clients en se développant par exemple sur internet, à l’image de ce que font les mandataires ou les sites de pièces détachées qui offrent à la fois des pièces et du service". Et Coface ne prévoit pas d’amélioration dans les prochains mois. "Le secteur se transforme, reconnait Patrice Julé. Mais les défaillances devraient perdurer au premier semestre 2014, d’autant plus que les ventes se stabilisent mais ne remontent pas significativement".

Pauline Ducamp

Sectoriel+Septembre+2013 FR RVB by L'Usine Nouvelle

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS