Les déchets ultimes des ferrailles en mal de décharges

Les centres d’enfouissement des déchets manquent de place, souligne la filière recyclage. L’impact des restrictions à l’import fixées par la Chine se fait toujours sentir.

Partager
Les déchets ultimes des ferrailles en mal de décharges

Faute de pouvoir exporter des déchets, encore faut-il les stocker. Une situation qui devient difficilement tenable, alerte la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Une carence de capacités d’enfouissement de déchets ultimes comprise entre 600 000 et 800 000 tonnes est ainsi estimée pour l’année 2019. Si environ 70% du gisement de ferrailles est revalorisé en sortie de broyage en qualité E40, d’autres types de métaux non ferreux ainsi que des déchets ultimes sont aussi générés.

"Une partie de la place disponible en centres d’enfouissement a été prise par des plastiques et papiers-cartons qui avaient la Chine pour exutoire. Par ailleurs, avec la reprise de la consommation mondiale en 2018, il y a davantage de déchets. Nous avons donc dû, dans certaines régions, arrêter la collecte de ferrailles", explique Marie-Pierre Mescam, présidente de la branche métal de Federec.

Un impact toujours fort des restrictions chinoises

Une situation notamment liée au resserrement des exigences chinoises sur les qualités et familles de matières à recycler qu'elle importe. A l’été 2017, la Chine interdisait l’import de 24 types de déchets solides, pour une entrée en vigueur début 2018. En décembre dernier, 32 autres types de déchets étaient concernés. D’après les douanes chinoises, les déchets plastiques, papiers et métal importés ont représenté 17,2 millions de tonnes entre janvier et octobre 2018, en baisse de 51,5 % par rapport aux dix premiers mois de 2017. Une situation qui contraint les professionnels du recyclage à amplifier leurs stocks.

La baisse des prix de vente de certains produits et le retournement de certains acteurs américains vers l’Europe suite à la mise en place de droits de douane imposés par la Chine sur les déchets en provenance des Etats-Unis jouent aussi un rôle. "Quand on a des contrats de collecte avec les déchetteries ou les collectivités, la seule variante est le prix du E40. Or, quand on rentre une tonne de ferrailles à broyer, il n’en sort pas une tonne de ferrailles broyées", mais aussi d'autres métaux et des déchets ultimes, non valorisables, poursuit Marie-Pierre Mescam. Certaines installations de stockage de déchets non dangereux ne disposent pas encore, par ailleurs, de leurs plans régionaux de prévention et de gestion des déchets pour 2019.

Un enjeu de long terme

D’ici à 2025, Federec estime entre 8 et 9 millions de tonnes le volume de déchets devant trouver une solution de valorisation. Le plan de filière Recyclage et valorisation des déchets, présenté mi-janvier, souhaite notamment favoriser le développement d’une filière de consommation des combustibles solides de récupération et favoriser le caractère recyclable des produits industriels.

0 Commentaire

Les déchets ultimes des ferrailles en mal de décharges

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS