Les débuts tâtonnants de PSA dans l’impression 3D

Le groupe PSA a annoncé jeudi 14 septembre sa collaboration avec la start-up américaine Divergent 3D. Pour le moment, le constructeur n’en est qu’aux prémices de son utilisation de la fabrication additive. Il étudie son coût et l’usage qu’il pourrait en faire : réduction des temps de fabrication et personnalisation... voire miniaturisation des usines sur le long terme.

Partager

Les débuts tâtonnants de PSA dans l’impression 3D

PSA a annoncé jeudi 15 septembre son partenariat avec la start-up américaine Divergent 3D, dont la technologie permettrait de remplacer le châssis classique par des nœuds en métal imprimés en 3D reliés par des tubes en fibre de carbone. Une perspective intéressante pour le constructeur qui l'aiderait à alléger ses véhicules, utiliser moins de matériaux et pourquoi pas réduire la taille des usines et les ramener plus près des centres de distribution. Mais Yann Vincent, directeur industriel du constructeur se montre prudent. "Nous n’en sommes qu’aux prémices de notre collaboration avec Divergent 3D. Notre utilisation de l’impression 3D est pour le moment très prospective. Nous étudions son coût, quelle pièce pourrait être imprimée en 3D plutôt qu’une autre…". Dans le secteur auto, son usage se limite en effet à de petites séries : le prototypage rapide et certains remplacements de pièces.

4 000 points de soudure pour assembler un châssis

Yann Vincent pense que la technologie entrera d’ici à quelques années sur les chaînes de production. "Le défi c’est la capacité de production. Et de 2010 à 2020 elle sera multipliée par 1 000", estime-t-il. Mais une fois que la fabrication additive sera suffisamment robuste pour produire de grandes séries, que compte en faire PSA ?

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Alléger certaines pièces, le poids reste l’un des défis majeurs de l’industrie auto. Réduire les temps de production "pour assembler un châssis il faut 4 000 points de soudure, la technique de Divergent 3D fonctionne par simple emboîtement des pièces", illustre Yann Vincent. Et personnaliser certaines parties d’une voiture "le pommeau du levier de vitesse ou une poignée de porte par exemple".

Cobots en test depuis un an

L’impression 3D est l’une des technologies que PSA compte intégrer à son "usine du futur". Le constructeur travaille également sur les cobots, ces robots collaboratifs libérés de leur cage et capables de travailler parmi les humains. Depuis un an, les usines de Vigo et Rennes fonctionnent avec quelques unités. Le retour des salariés seraient positifs. Mais PSA ne prévoit pas pour le moment de déploiement dans ses autres usines. "Nous sommes encore en phase de test", précise Yann Vincent. Autre sujet qui intéresse le constructeur : le big data. "Les usines produisent des quantités de données impressionnantes, mais nous n'en exploitons qu’une infime partie." Le constructeur projette également d’utiliser les données de ses clients, via les réseaux sociaux par exemple, pour déterminer quelles voitures seront les plus achetées et ainsi planifier la production.

Avant l’ "usine du futur", le constructeur s’est fixé comme premier objectif la réalisation de son programme "usine excellente" d’ici à trois ans. Ce programme, qui fait partie du plan stratégique "Back in the Race", prévoit la modernisation de l’ensemble des usines PSA afin de doper leur productivité. Son déploiement a commencé en 2014 avec la transformation de l’usine de Sausheim (Haut-Rhin) vers le monoflux.

Marine Protais

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS