Les déboires de Snap pèsent sur le marché des IPO

(Reuters) - Les performances décevantes de Snap et de Blue Apron depuis leur entrée en Bourse, particulièrement à un moment où les marchés actions sont à leurs plus haut niveau, sont un signe que le marché des IPO ne sera pas aussi vigoureux que prévu cette année.
Partager
Les déboires de Snap pèsent sur le marché des IPO
Les performances décevantes de Snap et de Blue Apron depuis leur entrée en Bourse, particulièrement à un moment où les marchés actions sont à leurs plus haut niveau, sont un signe que le marché des IPO ne sera pas aussi vigoureux que prévu cette année. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

Snap, le propriétaire de Snapchat, et Blue Apron, spécialiste de la livraison à domicile de kits à cuisiner, se traitent bien en deçà de leur prix d'introduction.

Et bien que le marché des IPO ait déjà drainé plus de fonds à ce stade de l'année que sur la totalité de 2016, la sous-performance de ces sociétés internet a sensibilisé les investisseurs aux valorisations et les a rendus prudents sur leurs mises, estiment des spécialistes.

"Le second semestre sera meilleur que 2016, mais nous pourrions ne pas revenir aux niveaux de 2015 et 2014 cette année", estime Kathleen Smith de chez Renaissance Capital LLC.

Cela jette un froid sur le marché des IPO, qu'on attendait solide après une année 2016 décevante, particulièrement pour les sociétés technologiques.

Certains craignent que la sur-valorisation freine le nombre d'IPO techs et que les valorisations soient plus modestes que prévu cette année.

Le spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur Uber Technologies, le leader de la location et de la réservation de logement à très court terme Airbnb et le service de musique en streaming Spotify devaient faire leurs premiers pas en Bourse cette année, mais doivent encore adresser leurs documents aux régulateurs.

Uber, valorisé plus de 60 milliards de dollars (51,4 milliards d'euros) a d'autres problèmes à régler. Il doit répondre de ses pratiques de management, fait l'objet d'une enquête fédérale et est poursuivi en justice par Waymo, la nouvelle entité d'Alphabet dédiée à la voiture autonome.

Snap s'échange avec une décote de 15% par rapport au prix de son entrée en Bourse (17 dollars).

Quant à Apron, le titre vaut 35% de moins qu'à son introduction (10 dollars).

En mai, Snap a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes et un ralentissement de la croissance du nombre de ses utilisateurs.

IL RESTE DE L'ESPOIR

L'absence de bénéfices de Snap et de Blue Apron a soulevé des questions sur la capacité des deux entreprises à renverser la situation.

Mais il y a encore de l'espoir.

Quelques entreprises comme le spécialiste des "Big-data" Cloudera brillent sur le marché des IPO et pourraient contribuer à l'enthousiasme des investisseurs pourvu que les valorisations deviennent rationnelles dans les prochains mois.

Cloudera appartient à un petit groupe de sociétés dont l'action a progressé après leur entrée en Bourse. Parmi elle, le spécialiste de l'habillement Canada Goose et le distributeur de revêtements de sol Floor&Decro.

Renaissance IPO ETF, un indice qui regroupe quelque 80% des plus grandes sociétés récemment introduites en Bourse, a gagné jusqu'à 25% depuis le début de l'année, contre 9% pour le S&P-500.

(Sweta Singh et Ankur Banerjee; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS