Les couturiers Dolce et Gabbana condamnés pour évasion fiscale

Condamnés à un an et huit mois de prison avec sursis, pour avoir dissimulé des centaines de millions d'euros au fisc, Domenico Dolce et Stefano Gabbana n'étaient pas présents au tribunal et ont toujours démenti les accusations. S'ils décident de faire appel, la complexité et la longueur de la procédure devraient dans tous les cas leur éviter d'être incarcérés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les couturiers Dolce et Gabbana condamnés pour évasion fiscale

La justice italienne a condamné mercredi 19 juin les couturiers Domenico Dolce et Stefano Gabbana à un an et huit mois de prison avec sursis, pour avoir dissimulé des centaines de millions d'euros au fisc.

Les deux couturiers n'étaient pas présents au tribunal et ont toujours démenti les accusations. S'ils décident de faire appel, la complexité et la longueur de la procédure devraient dans tous les cas leur éviter d'être incarcérés.

Le parquet avait requis fin mai deux ans et demi de prison ferme contre Domenico Dolce et Stefano Gabbana, objets d'une enquête ouverte en 2008.

La justice italienne a estimé que la vente des marques D&G et Dolce&Gabbana au groupe Gado, créé en 2004 au Luxembourg, avait évité à Domenico Dolce et Stefano Gabbana de déclarer environ un milliard d'euros au fisc.

"Tout le monde sait que nous n'avons rien fait", avait déclaré en 2012 Stefano Gabbana sur le réseau social Twitter.

La lutte contre l'évasion fiscale est l'un des grands chantiers du gouvernement d'union entre la gauche et la droite, formé fin avril par Enrico Letta.

Avec Reuters

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS