Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les coureurs du Vendée Globe misent tous sur de larges coques en carbone

, ,

Publié le

Avec l’expérience alliée à la simulation informatique, toutes les coques des bateaux du Vendée Globe dont le départ sera donné dimanche 6 novembre ont un petit air de famille. Elles sont très larges pour glisser dans les mers du Sud et offrir une grande stabilité. Et elles sont toutes fabriquées à l’aide de fibres de carbone, pour la résistance et la légèreté.

Les coureurs du Vendée Globe misent tous sur de larges coques en carbone © Olivier Blanchet/DPPI/Vendée Globe

Le temps des options architecturales est révolu. Tous les bateaux au départ du Vendée Globe ont un air de famille. Les coques sont larges, puissantes et plates pour accélérer au portant (lorsque le vent souffle d’un secteur arrière). L’architecte Jean-Marie Finot, le premier, avait dessiné ce type de coque pour les solitaires circumnavigateurs. Et raflé un grand nombre de victoires. L’approche n’était pas intuitive. Les bateaux de course avaient longtemps cherché à être les plus performants au près, lorsqu’on remonte contre le vent. Pour y parvenir, les architectes concevaient des bateaux étroits, partant du principe qu’au portant tous les bateaux avancent - il suffit d’augmenter la surface de toile à l’aide d’un spi (voile ballon).

Jean-Marie Finot, un pionnier de l’usage de l’informatique puisqu’il avait commencé à l’utiliser au début des années 1980, avait réussi à conserver les performances au près tout en permettant au bateau de glisser au portant et d’aller beaucoup plus vite. Le navigateur Jean-Luc Van den Heede avait joué le dernier des Mohicans sur un bateau étroit. En 1993, il arrivait deuxième du Vendée Globe sur "Sofap-Helvim", large de 3,76 mètres. Cette année, "One Planet One Ocean" skippé par Didac Costa est le plus étroit de la flotte, avec 5,30 mètres. "Initiatives Cœurs", skippé par Tanguy de Lamotte, frise les 6 mètres de large (5,95 mètres).  Pour porter le plus de toile possible sans se coucher, les coques sont équipées de ballasts, entre 1 000 et 1 400 litres par côté, que le navigateur transvase avant chaque virement de bord.

"Il ne faut pas croire les fiches techniques"

Pour aller vite, les voiliers s’allègent de plus en plus et la coque fait l’objet de tous les soins. Tous les concurrents sans exception partent sur des coques en composites à base de fibre de carbone. La résistance des nouveaux cordages permet d’en réduire le diamètre et donc le poids, la présence d’hydrogénérateurs diminue le nombre de litres de gazole embarqués…. Le gain de poids total pourrait s’approcher de la tonne sur les bateaux les plus performants, même si ces chiffres n’apparaissent pas. "Il ne faut pas croire les fiches techniques fournies par les équipes, révélait à l’occasion de la précédante édition du Vendée Globe Jean-Marie Finot. Tout le monde triche. Je le faisais aussi !"

La fabrication de telles coques, qui cherche à allier la plus grande légèreté possible à une solidité permettant de supporter les coups de butoir des vagues, exige un savoir-faire que peu de chantiers maîtrisent. Les 29 bateaux en lice ont été construits par 11 chantiers différents. Les français CDK (Finistère), Multiplast de Vannes (Morbihan) et JMV de Tourlaville (Manche) sont les plus représentés.  Sept pour le premier, trois pour le second, deux plus une modification d’une coque existante pour le troisième.  Le travail est artisanal. Les très fines couches de fibres sont placées en couches successives, dans un hall climatisé à la température et l'hygrométrice contrôlées, avant que la coque soit cuite dans un four autoclave de grandes dimensions. Des mois de travail pour réaliser des bateaux d’exception.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle