Les coups de riffs de Neil Young contre l’industrie

Olivier James

Publié le

A 69 ans, Neil Young n’a rien perdu de son mordant. Dans son 36 ème album, il fustige le géant des OGM Monsanto, le pétrolier Chevron ainsi que les enseignes Starbucks et Wallmart.

Industriels, planquez-vous ! Neil Young est en pleine forme, vous pourriez en faire les frais. Le "loner" canadien a rebranché sa guitare pour son 36ème album, "The Monsanto Years", et, en militant infatigable qu’il est, s’en prend à quelques grandes multinationales américaines. Cœurs célestes, sifflotements entrainants, guitares poisseuses, harmonica éraillé : Neil Young, acoquiné avec les deux jeunes fils de Willie Nelson, sort l’artillerie lourde.

Dans le viseur du canadien : Monsanto, qui donne son titre à l’album. Et Neil Young d’évoquer l’enfant de fermiers "qui grandit malade près d’une culture empoisonnée", en référence à la multinationale pro-OGM. Que reproche-t-il à Chevron ? "Les millions qui vont dans les pipelines des politiciens". Le chanteur écorche Walmart pour les conditions de travail et Starbucks ("demandez à Starbucks s’il y a des OGM dans son café") pour ses accointances avec… Monsanto.

Quand l’industrie dénote

L’hyper productif Neil Young (presque un album par an depuis 1968 !), conteste l’hyper productivisme industrielle. Le site du magazine américain Billboard spécialisé dans l'industrie du disque s’est amusé à envoyer les citations les plus assassines aux entreprises concernées, histoire de leur donner la parole. Les réponses des industriels oscillent entre indifférence (Chevron), argument chiffré (Wallmart), réponse vague (Starbucks) et réplique apaisante (Monsanto).

Activiste infatigable, Neil Young fait partie de ces rares artistes à se pencher sur le monde du travail et ses travers. Dans des registres très variés, des artistes comme Serge Gainsbourg (Torrey Canyon), John Lennon (Working Class Hero), Bruce Springsteen (Factory) et Bernard Lavilliers (Fensch Vallée) se sont eux aussi emparés des thématiques industrielles. Jamais avec la même constance que Neil Young.

Olivier James

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/06/2015 - 19h12 -

Depuis toujours j'écoute et j'aime la musique de Neil Young. Guitare électrique sucrée et souffrante, comme dans "like a hurricane ",ou "Words",et paroles de vérité, comme dans "The needle the damage donc"(les ravages de la drogue), ou "My son",(Pourquoi grandis tu si vite mon fils). De belles histoires, dans une Amérique de rêve, à la campagne.
Oui, Neil Young est un combattant de la musique, peut être le dernier.
Et son combat contre Monsanto sera apprécié en France, de Philippe de Villiers à Melenchon !
Alors vive Neil Young !
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte