[Les coulisses du cinéma] Comment les fabricants de matériel de cinéma jonglent entre reprise et pénuries

A l'occasion du festival de Cannes, L'Usine Nouvelle vous emmène dans les coulisses du cinéma, à la rencontre de ceux qui fabriquent le matériel indispensable aux tournages. Premier épisode: comment les fabricants de matériel de cinéma jonglent entre une reprise effrénée des tournages et une pénurie de composants.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Les coulisses du cinéma] Comment les fabricants de matériel de cinéma jonglent entre reprise et pénuries
Les fournisseurs de contenu en streaming comme Amazon, Netflix ou Disney Plus bousculent l'industrie du cinéma.

Au festival de Cannes, ce sont les acteurs et réalisateurs qui montent les marches et crèvent l’écran. Mais sans les métiers de l’ombre fournissant le matériel de tournage, pas de magie possible. Or, celle-ci à un coût. Produit en petite série, le matériel de cinéma est si cher qu’il ne permet pas aux cinéastes d’en faire l’acquisition. Selon un rapport du CNC publié cette année, un film français coûtait en moyenne 4,7 millions d’euros (sur les 181 agréés en 2020) dont un euro sur dix alloué au matériel technique. La valeur du matériel loué avoisine le prix d’un appartement parisien, se situant entre 500 000 euros et un million d'euros.

Des tarifs qui pourraient encore grimper au regard de la conjoncture actuelle. Ce secteur méconnu des loueurs et fabricants de matériels, est en effet soumis à des pressions multiples: bataille des contenus avec l’irruption de nouveaux acteurs imposant leurs codes, plannings de tournage surchargés et… Pénuries.

L'inflation folle du prix des composants

A l’instar de l’industrie automobile, les fabricants de matériel de cinéma font face à une forte pénurie de composants, alors même que les tournages reprennent depuis le déconfinement d’avril 2021. Pépite française de la lumière pour le cinéma, K5600 est directement touchée. Une grande partie de son activité d’assemblage dépend de l’importation de composants chinois. "L’inflation que nous observons est démente, lâche Marc Galerme, gérant de K5600 à L’Usine Nouvelle. Un de nos confrères achète des composants dont les prix sont passés de 5 à 150 euros".

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement