Les couches minces sont l'avenir du photovoltaïque français, selon EDF EN

Si la France veut se tailler la part du lion dans le marché juteux du photovoltaïque, il va falloir se démarquer de la Chine, avec ses faibles coûts de production. EDF Énergies nouvelles plébiscite la technologie des couches minces. Cette filiale d'EDF vient comme de juste de s'engager à acheter sur 10 ans les couches minces fabriquées par l'américain First Solar, dans la future usine de Bordeaux.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les couches minces sont l'avenir du photovoltaïque français, selon EDF EN

« La France ne peut pas se payer le luxe de pas avoir sa place dans les énergies renouvelables. Il faut créer une industrie française dans le photovoltaïque », défend Pâris Mouratoglou, lors de la présentation des résultats trimestriels d'EDF énergies nouvelles. Alors que l’éolien connait quelques années de vaches maigres, le solaire pourrait être le fer de lance de l’industrie française des énergies renouvelables. Mais, « le solaire coûte cher. Il va falloir faire des choix », annonce-t-il.

Concurrence. Sur les trois types d’installations photovoltaïques listés par la filiale d'EDF, la France ne peut être compétitive que sur les deux plus légères, explique Pâris Mouratoglou. La toiture résidentielle ne représente qu’une production marginale, « mais elle a des vertus pédagogiques encourageant les individus à éteindre leur lumière ou fermer le robinet d’eau ». Les centrales au sol produisent beaucoup plus, avec un rapport coût/bénéfices rentable. « Cette filière est compétitive au niveau mondial. Elle est également créatrice d’emplois sur notre territoire », explique le président d’EDF EN. La France se fait néanmoins distancer par les pays asiatiques pour les toitures commerciales, avec des panneaux en silicium polycristallin. Les panneaux solaires de ce type sont fabriqués en Chine. Pâris Mouratoglou dresse un tableau sans concession : « La technologie française se développe mais elle ne sera pas disponible avant des années. Or, ce sont des investissements coûteux sans grand impact pour notre industrie. »

Lobbying. Pourtant, le solaire monte en puissance grâce à de nombreuses subventions hexagonales. « Il faut que les subventions permettent de développer l’industrie française », affirme David Corchia, directeur général. Le soutien étatique risque en effet d'être remis en cause. L'aide fiscale (crédit d'impôt aux particuliers pour l'installation d'un kit photovoltaïque de 3 kW) pourrait ainsi être rabotée, et le tarif de rachat de l'électricité produite par une installation photovoltaïque réduite à la rentrée.

Pour cela, EDF EN a misé sur les couches minces car l’entreprise considère la bataille du silicium cristallin comme d’ores et déjà perdue. « Une usine de panneaux de silicium française ne peut pas faire face aux bas coût de la main d’œuvre chinoise. La seule possibilité de différenciation est technologique », explique le directeur général. Le savoir-faire des laboratoires et des ingénieurs ont rendu la France compétitive dans la production de ces panneaux, qui sont devenus moins chers que le silicium cristallin. C’est dans cette logique qu’EDF EN a attiré l'américain First Solar, spécialiste des couches minces, en France. « Nous les avons convaincu de venir en France. Nous ne pouvions pas les convaincre sur les coûts de production mais nous avons mis en valeur le grand marché local que représente la France. Nous avons créé les conditions pour l’attirer et fonder une filière solaire française », explique Pâris Mouratoglou. Comprenez : EDF EN s'est chargé de faire du lobbying auprès du gouvernement pour soutenir la filière. En particulier, celle des centrales au sol mettant en jeu des couches minces.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Morgane Remy


Lire aussi :
Photovoltaïque : recettes pour une filière industrielle
Risque de black-out photovoltaïque : Enerplan répond à ERDF
L’aide fiscale au photovoltaïque va être rabotée

%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS