Les coopératives Val Nantais et Terrena vont fusionner

Les maraîchers du Val Nantais s’apprêtent à rejoindre le groupe Terrena dont ils formeront la filière légumes. Les deux structures coopératives de Loire-Atlantique doivent finaliser leur projet de fusion d’ici à la fin du premier semestre 2014.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les coopératives Val Nantais et Terrena vont fusionner

La coopérative maraîchère du Val Nantais décide de s’adosser à ses voisins de l’union Terrena pour préserver son avenir. Val Nantais a collecté l’an passé auprès de ses agriculteurs quelque 20 000 tonnes de légumes, principalement de la mâche, du poireau, de la salade, du concombre et de la tomate. S’ajoutent aussi des produits traditionnels comme le potimarron, le panais, le topinambour ainsi que la spécialité départementale, le muguet.

Ces dernières années, l’entreprise (250 salariés au total) a perdu un tiers de ses volumes et vu le nombre de ses adhérents diminuer (45 aujourd’hui contre 70 en 2008) en raison de départs à la retraite de coopérateurs non remplacés et d’exploitations vers des structures concurrentes. Clos en 2013 à 55 millions d’euros, le chiffre d’affaires stagne alors que s’enchaînent les exercices déficitaires.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Offrir au consommateur tout l'éventail de la nourriture"

Cet adossement devenait d’autant plus inévitable que Val Nantais doit trouver des moyens financiers pour réaliser différents investissements industriels, à la fois pour la mise aux normes de bâtiments et pour accroître ses capacités de production. Son savoir-faire dans la première gamme élaborée (produits frais conditionnés) et la quatrième gamme (salade conditionnée prête à consommer) intéresse vivement le groupe Terrena (12 000 salariés, 22 000 adhérents, 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires), absent du marché du légume.

"C’est un métier nouveau pour nous qui va nous permettre d’offrir au consommateur tout l’éventail de la nourriture", indique son président Hubert Garaud, lequel compte en particulier sur l’accord commercial liant Val Nantais à Bonduelle pour en élargir les débouchés. Sans compter que l’atelier dédié à la quatrième gamme, ouvert au printemps 2009 pour approvisionner le groupe nordiste, est saturé (6 000 tonnes/an) : prévue dans le projet initial, la seconde tranche implique d’investir plusieurs millions d’euros.

Jacques Le Brigand

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS