Les constructeurs devraient céder le contrôle de l’Utac, en charge de l’homologation des voitures

C'est le fonds public-privé de consolidation des entreprises qui devrait prendre le contrôle de l'Utac, selon un article des Echos.

Partager
Les constructeurs devraient céder le contrôle de l’Utac, en charge de l’homologation des voitures
L'Utac devrait être cédée, dans le sillage du Dieselgate.

L’Utac, la structure en charge de l’homologation des voitures neuves en France, va-t-elle devenir plus indépendante ? Un article publié le jeudi 28 septembre par le journal Les Echos affirme en effet que le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) aurait décidé de céder le contrôle de l’Utac au fonds public-privé de consolidation des entreprises (FCDE), pour un montant d’environ 70 millions d’euros.

Les constructeurs toujours présents au capital

Objectif : éviter les possibles conflits d’intérêts, puisque l’Utac, géré jusqu’à présent par des syndicats représentatifs de l’industrie automobile comme le CCFA, réalise la majorité des tests de véhicules dans les locaux mêmes des constructeurs. Mais cette indépendance ne devrait qu’être partielle, indique le quotidien, puisque la filière auto devrait continuer à être associée à hauteur de 30% du capital, une fois l’opération terminée.

Cette décision s’inscrit dans la lignée du scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen révélé en 2015, et dont les conséquences continuent de se faire sentir sur le secteur automobile. Une source contactée par Les Echos met ainsi en avant le fait que "les dernières affaires ont renforcé l'idée dans la filière qu'il fallait céder les rênes". Avec une valorisation de 100 millions d’euros pour 55 millions de chiffre d’affaires en 2016, l’Utac-Ceram réalise près de 1000 tests de véhicules par an.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS