Les constructeurs de véhicules utilitaires européens exigent l'aide de l'UE

L'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) donne l'alerte.

Partager

Elle réclame, au nom des constructeurs européens de véhicules utilitaires, l'aide de l'Union européenne et des états membres pour soutenir l'industrie du véhicule utilitaire, qui génère près de 70 milliards d'euros de revenus et 250 000 emplois directs.

« Nous sommes confrontés à la plus forte baisse jamais expérimentée », explique Leif Östling, PDG de Scania et du conseil des membres des constructeurs de véhicules utilitaires présents au sein de l'ACEA (Daimler, Iveco, Man, Ab Volvo...). Selon l'association, les ordres de commande de poids lourds ont été divisés par dix au premier trimestre par rapport à la même période en 2008, avant la crise. Et le pire pourrait être à venir. Les industriels craignent une chute de leur production 2009 de véhicules utilitaires de plus de 50%.

Faciliter le crédit
Face à cette crise et aux stocks qui gonflent, les constructeurs craignent un vieillissement du parc automobile. Ils proposent aux gouvernements d'instaurer une sorte de prime à la casse, sous forme des stimulations de renouvellement de flotte dans toute l'Europe, pour améliorer les performances environnementales et de sécurité du parc automobile sur les routes.

En amont, pour éviter les stocks et relancer les ventes, ils sollicitent aussi un soutien d'urgence au secteur financier. « Nous avons de nombreux clients qui pourraient faire valoir de solides contrats pour investir dans de nouveaux véhicules mais qui, à cause de cette restriction générale de crédits du fait de la crise, sont dans l'impossibilité de financer ces investissements », explique Leif Östling. C'est pourquoi les industriels réclament un accès plus facile au financement des constructeurs, fournisseurs et autres sociétés de transport. S'ajoute à cette revendication celle de renégocier un cadre réglementaire européen. « C'est une discussion qui devrait se trouver au cœur des débats du nouveau Parlement européen », signale Leif Östling, à quelques jours des élections européennes.

Préparant la sortie de crise et l'avenir, les industriels souhaitent une contribution à la recherche et développement dans le secteur et de nouveaux investissements dans des infrastructures de mobilité durable, d'énergie et de télécommunications.

Barbara Leblanc

A lire aussi
La filière poids lourds réclame une aide de l'Etat (18/05/2009)
Dossier : automobile le crash


Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS