Les constructeurs automobiles européens réclament 40 milliards

L'Association des constructeurs automobiles européens cherche à obtenir de la Commission européenne une subvention de 40 milliards d'euros afin de financer les investissements du secteur dans les technologies propres. Une initiative soutenue par Nicolas S

Partager

Les constructeurs automobiles européens réclament eux aussi une aide publique pour financer leurs investissements dans les technologies plus respectueuses de l'environnement, à l'image du crédit à taux préférentiel de 25 milliards de dollars débloqué par les Etats-Unis pour le secteur. L'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) va s'adresser à la Commission européenne dans le but d'obtenir 40 milliards d'euros de prêt bonifié. Elle justifie sa demande par l'impact de la crise économique sur les ventes et par le durcissement à venir de la législation européenne sur les émissions de CO2.

Soutien de N. Sarkozy. Lors de son déplacement à l'usine Renault de Sandouville lundi 6 octobre, Nicolas Sarkozy s'est déclaré en faveur d'un tel plan. « En tant que président de l'Union européenne, je vais voir avec mes partenaires comment nous pourrions mettre en place des crédits à taux bonifiés pour aider l'industrie automobile européenne à s'adapter à la concurrence. Il n'y a aucune raison que nos industriels, en Europe, soient en moins bonne situation que les autres », a déclaré le chef de l'Etat.

Crise du crédit. Un prêt à taux préférentiel serait d'autant plus bienvenu que la crise financière fait peser de lourdes contraintes sur le crédit. Ainsi Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a déclaré au Mondial : « En Europe, les prêts interbancaires ne sont pas loin d'être arrêtés. (...) Si on ne peut plus emprunter auprès de nos banquiers, nous serons obligés de réduire l'utilisation de notre trésorerie. Donc, nous réduirons nos stocks et nous limiterons nos investissements. »

Distorsion de concurrence. Certes, les ventes de voitures neuves en Europe ont reculé de 3,9 % sur un an, en données cumulées sur les huit premiers mois de l'année 2008, en comparaison avec les 12,8 % de repli des ventes aux Etats-Unis de janvier à septembre. Mais pour l'ACEA, une subvention de l'Europe serait aussi un moyen de lutter à armes plus égales avec les Etats-Unis, autrement dit d'éviter la « distorsion de concurrence » selon les propos de Carlos Ghosn parus dans les Echos, dans un contexte plus contraignant pour les Européens du fait de la législation.

Législation européenne. Il est en effet reproché à la Commission de prendre des mesures hors de toute logique industrielle : les eurodéputés prévoient dès 2012 des amendes pour tous les véhicules dont les émissions seront supérieures à 120g de CO2 / km, or il faut plusieurs années pour concevoir un moteur. Ces nouvelles normes représentent un coût énorme pour les constructeurs membres de l'ACEA, qui investissent déjà chaque année 4 % de leur chiffre d'affaires en R&D.

Renouvellement du parc. En parallèle, l'ACEA propose de mettre en place pendant 36 mois un plan de soutien au renouvellement du parc, les véhicules de plus de huit ans représentant 36 % du parc roulant dans l'Europe des 15. L'association évalue à 20 mégatonnes par an les économies que cela représenterait en termes d'émissions de CO2.

Les 15 membre de l'ACEA (groupe BMW, DAF Trucks, Daimler, Fiat, Ford Europe, General Motors Europe, Jaguar Land Rover, MAN Nutzfahrzeuge, Porsche, PSA, Renault, Scania, Toyota Europe, Volkswagen, Volvo) assemblent 16 millions de véhicules et investissent 20 millions d'euros en R&D chaque année.

Raphaële Karayan

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS