LES CONSÉQUENCES DE LA CHUTE DE LA PESETA ET DE LA LIRE

Partager

LES CONSÉQUENCES DE LA CHUTE DE LA PESETA ET DE LA LIRE



Face au deutsche Mark, les monnaies espagnole et italienne ont fortement chuté depuis plusieurs semaines. La peseta est passée en dessous de son plancher historique face au deutsche Mark, le 5janvier, pour atteindre 85,50 pour 1Mark. Quant à la lire, elle s'échangeait à 1044,7 en fin de semaine dernière. Les causes de la faiblesse de la peseta et de la lire sont politiques. Les difficultés du gouvernement espagnol face aux "affaires" inquiètent les investisseurs, notamment étrangers, qui surveillent les clignotants les plus inquiétants, comme l'inflation, qui atteindrait 4,2% en 1995 selon nos prévisions (lire notre N°2485 du 5janvier, page 8). La Banque d'Espagne a décidé une hausse de 0,65% de son taux d'intervention. Rassurera-t-elle les milieux financiers internationaux? Les mesures prises par le gouvernement espagnol pour lutter contre l'inflation devraient être plus efficaces: libéralisation de la distribution des carburants, déréglementation des télécommunications, lutte contre le chômage. Pedro Solbes, ministre de l'Economie, espère créer 200000emplois en 1995 grâce à la baisse d'un point des cotisations sociales. En Italie, le poids de la dette publique pèse de plus en plus lourd. Elle a atteint plus de 120% du PIB en 1994. Heureusement, la hausse des prix a été contenue à 3,9% l'année dernière, et la hausse des salaires n'a pas dépassé 2%. En dépit de la faiblesse de sa monnaie, l'économie italienne est dynamique. Les PME exportent et embauchent. Les entreprises françaises le savent bien, elles qui rencontrent des PMI italiennes pugnaces sur tous les marchés. Alain Pauche

USINE NOUVELLE N°2485

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS