Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les cleantechs proposent un avenir à l’industrie automobile

, , ,

Publié le

Les cleantechs peuvent-elles sauver l’industrie automobile ? Voilà une des questions à laquelle tentait de répondre l’événement LeCleantech Pollutec organisé par Cleantuesday, association rassemblant start-up, PME, grands groupes, investisseurs et collectivités locales impliquées dans le développement des cleantechs en France.

Les cleantechs proposent un avenir à l’industrie automobile

Avec un effondrement des immatriculations en Europe du Sud ayant entrainé des surcapacités de production et des fermetures d’usines, l’industrie automobile européenne est entrée dans une période moins faste. Si la hausse du prix des carburants n’y est pas étrangère (l’automobile représente 12% du budget annuel des ménages), cette tendance s’explique aussi par un changement des habitudes.

"Alors que la voiture était un symbole de statut social dans les années 60 et 70 – à dix-huit ans, un jeune passait son permis et s’empressait de s’acheter une voiture - c’est aujourd’hui le smartphone qui a pris cette place. La communication prime sur la possession d’une voiture", avance Eva Helmeth, la directrice commerciale et consulting du suisse Mobilty International, service pionnier d’auto-partage (100 000 adhérents). Sans compter que les 70 millions d’heures perdues chaque année dans la recherche de places de stationnement ou l’allongement de 80% du temps de trajet au cours des heures de pointe n’arrangent rien.

L’industrie automobile semble désormais contrainte de se recentrer autour de ces nouveaux usages et attentes. "Est-ce à travers les cleantechs qu’elle va se sauver ? Il est difficile de répondre", a souligné Fabienne Herlault. En revanche pour la directrice générale du fonds Ecomobilité Ventures, une chose est sûre : l’écomobilité n’est plus un phénomène marginal.

Véhicules électriques, systèmes d’auto-partage … de nombreux constructeurs automobiles ont franchi le cap pour s’adapter au nouveau monde qui se présente devant eux.  Ainsi Renault Trucks a mis en place une palette de solutions moins polluantes (notamment pour répondre aux exigences réglementaires) et aussi moins consommatrices de ressources fossiles. Le fabricant de camions commercialise un modèle de véhicule hybride, un au gaz naturel (GNV) et électrique (pour le dernier kilomètre en ville). "Nous pensons que la solution ne sera pas unique mais viendra de ce panel de solutions", a expliqué Karine Forien, la directrice de la stratégie énergie de Renault Trucks.

Pour Michel Couture, le directeur de la mobilité électrique d’EDF, la mobilité électrique arrive certes doucement mais le phénomène est "irréversible". La raison ? "Les batteries, même si elles n’ont pas atteint leur niveau de performance optimale existent. Tous les constructeurs automobiles ont réalisé des investissements massifs et, enfin, il y a une prise une conscience de la population du phénomène de pollution locale".

A la tribune, Pierre Millet, le président de l’entreprise SITL qui a repris l'ancien site lyonnais de FagorBrandt pour le réindustrialiser en y produisant des véhicules électriques utilitaires a rappelé que "les Français sont presque prêts pour la voiture électrique, il faut un coup de pouce des pouvoirs publics pour dépasser ce presque".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle