Les cinq raisons d’adopter le cloud

Déplacer l’informatique de production vers le cloud faisait peur hier encore. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Les raisons ne manquent pas : visibilité accrue, réduction des coûts, performances optimisées, etc. Cela suppose toutefois de mener une réflexion en profondeur sur la transformation digitale de l’entreprise.

Partager
Les cinq raisons d’adopter le cloud

Comment connecter plusieurs dizaines d’usines qui ont des processus et des machines très différents et de multiples canaux pour collecter les données de production afin de réaliser des analyses de la performance des sites ? C’est la question que se posent beaucoup d’industriels, et même les plus grands. « Aujourd’hui, 70% des données de fabrication sont juste stockées, sans produire de valeur pour l’entreprise. C’est à l’évidence un énorme potentiel non exploité », lance Bernard Cubizolles, Product Marketing Director chez GE Digital. Le groupe vient de lancer une nouvelle solution logicielle, Predix Manufacturing Data Cloud (MDC), destinée à connecter plusieurs sites de façon rapide et facile, via le cloud. Predix MDC est une extension des outils de Manufacturing Execution System (MES), utilisés par nombreux groupes industriels, comme par exemple le géant américain des biens de consommation Procter & Gamble. GE Digital a déployé Predix MDC dans une cinquantaine d’usines chez P&G – il y en aura à terme plus de 130 dans le monde - afin de remonter des volumes massifs de données et comparer leurs performances selon des paramètres communs, ou émettre des alertes en cas de déviation.

  1. Une visibilité accrue sur les performances

C’est précisément ce que permet le cloud. Avec Predix MDC, l’entreprise acquiert une visibilité bien meilleure sur le fonctionnement de l’outil de production et les éventuels incidents, avec des tableaux de bord accessibles partout et par tous ceux qui en ont besoin, adaptés à leur fonction. Cet outil importe dans le cloud les données provenant de plusieurs sites industriels, de multiples machines et systèmes très divers, puis permet leur stockage et traitement de manière sécurisée en conformité avec les différentes réglementations. Prêt pour en extraire la valeur !

  1. Un potentiel d’analyses

Ensuite, au-delà de la visualisation, le cloud apporte une capacité accrue à produire des analyses élaborées sur le fonctionnement de l’usine. Grâce à la puissance du big data, l’entreprise va pouvoir identifier des disfonctionnements et des sources de productivité en traitant ensemble des données auparavant séparées. « On peut ainsi combiner des données de fabrication avec diverses données informatiques, par exemple de gestion des coûts, ou de la qualité », souligne Bernard Cubizolles.

  1. L’accès à la maintenance prédictive

Troisième raison, il devient possible d’effectuer plus facilement des analyses prédictives pour la maintenance des équipements, notamment grâce aux solutions d’Asset Performance Management (APM) de GE Digital. Predix APM permet de détecter les risques de pannes et donc de réduire les arrêts non planifiés des machines en comparant leur comportement à celui de leur jumeau numérique.

  1. La réduction des coûts, en toute sécurité

Parmi les raisons de basculer vers le cloud, il ne faut pas oublier celle du coût. Contrairement aux solutions installées en interne, où le client doit investir dans une infrastructure de serveurs qu’il devra maintenir, avec le cloud l’industriel bénéficiera d’un hébergement dont la taille sera ajustée en permanence à ses besoins, où il ne paiera que sa consommation. Il replace ainsi du Capex par de l’Opex variable. De plus, il n’aura plus à se préoccuper des mises à jour qui seront réalisées en continu et à distance. Enfin, c’est un point capital, Predix MDC offre un niveau de cybersécurité très élevé.

  1. Une réussite si on l’adopte par étapes

Basculer vers le cloud nécessite de relever quelques défis pour un industriel, comme celui de la connectivité globale de l’entreprise et de l’interopérabilité. Les usines comme les machines ne sont pas forcément homogènes, elles peuvent être anciennes, et donc équipées de capteurs plus ou moins adaptés. Parfois, il faut « digitaliser » des opérations réalisées manuellement. Une revue machine par machine est donc indispensable. En analysant le niveau de maturité de ces installations, on peut se donner un but et des étapes réalistes pour réussir sa transformation digitale.

Le défi pour l’industriel est de transmettre des données structurées et sécurisées provenant de plusieurs sources. Basculer dans le cloud nécessite donc une réflexion plus globale, et c’est là qu’il est important d’être accompagné par un acteur industriel aguerri qui maitrise ces processus depuis la captation des données dans les machines jusqu’à la conduite des opérations assistée par les recommandations liées à l’analyse prédictive.

Contenu proposé par GE Electric.

Sujets associés

A LIRE AUSSI