Economie

Les cinq idées de François Hollande pour soutenir la compétitivité

Solène Davesne

Publié le

Ce mardi 13 mars, à Paris, le candidat socialiste a détaillé son programme économique en ouverture d'un colloque sur la compétitivité. Un rendez-vous industriel et politique organisé par l'Afep, qui regroupe les grandes entreprises françaises. Les candidats Bayrou et Sarkozy font également partie des intervenants.

Les cinq idées de François Hollande pour soutenir la compétitivité © D.R.

Comment renforcer la compétitivité des entreprises françaises ? Invité par l'Afep, l'association qui regroupe les 100 plus grandes entreprises françaises, François Hollande a présenté en détail sa feuille de route pour "améliorer l'offre productive" des entreprises. Pour soutenir l'offre, le programme du candidat socialiste tient en cinq propositions.  

1 - Une modulation de la fiscalité locale
"Je veux soutenir l'investissement", assure François Hollande. Jugeant que la suppression de la taxe professionnelle n'a pas été suffisante pour soutenir l'industrie, le candidat veut aller plus loin en proposant de moduler la fiscalité locale en fonction des investissements réalisés par les entreprises. Les cotisations foncières payées par un site seraient réduites à chaque fois que celui-ci y réalise des investissements matériels ou immatériels. Le candidat estime à 2,5 milliards d'euros le bénéfice pour l'industrie. "On doit faire en sorte que la fiscalité permette un lien entre l'entreprise et le territoire", défend François Hollande.

2 - Une modulation de l'impôt sur les sociétés
Le candidat envisage aussi de consacrer 2,5 milliards d'euros à la modulation du taux de l'impôt sur les sociétés selon deux axes : le taux d'IS serait moins élevé lorsque l'entreprise réinvestit ses bénéfices. Il varierait aussi en fonction de la taille des entreprises, le taux étant porté à 15 % pour les TPE, 30 % pour les PME et ETI et 35 % pour les grands groupes.

3 - Un crédit impôt recherche …et innovation
Sur l'innovation, François Hollande propose de "faire plus" sur le crédit impôt recherche, en créant un "crédit impôt innovation" en redéfinissant le périmètre des dépenses éligibles. Une mesure qui n'a pas été chiffrée.

4 - Un ciblage et une accélération des aides
Enfin, le candidat socialiste entend aussi "cibler les aides aux entreprises", notamment sur celles qui exportent et accélérer le versement des fonds issus du grand emprunt aux entreprises et aux laboratoires de recherche.

5 - Un soutien du financement
A côté des mesures pour renforcer l'offre productive des entreprises, François Hollande défend un meilleur accès au financement, notamment via la mise en place de la banque publique d'investissement. Pour attirer l'épargne de long terme vers l'industrie, "les mécanismes de l'assurance-vie devront être revus", annonce le candidat, qui reconnait qu'il existe sur ce sujet "des résistances". Le candidat socialiste défend aussi une conviction : c'est au niveau régional que les actions en faveur des entreprises sont les plus efficaces. "Les régions auront plus de marge de manœuvre pour prendre des participations dans les entreprises", assure François Hollande qui veut aussi confier les aides aux entreprises aux régions.

Un "pacte nationale de confiance" autour des enjeux de la compétitivité devrait aussi être mis en place pour réunir l'Etat, les régions, les partenaires sociaux et les milieux financiers pour fixer les objectifs de long terme de la France, a aussi annoncé le candidat socialiste. Dernière proposition : pour rétablir la confiance entre partenaires sociaux, François Hollande veut institutionnaliser la présence des salariés dans les instances dirigeantes des entreprises de plus de 1000 salariés. "Actuellement seuls 8 % des groupes du CAC 40 associent des représentants de salariés", assure-t-il.

En ce qui concerne le coût du travail jugé comme un problème par les entreprises, François Hollande a affirmé : "Nous aurons à revoir le mécanisme de financement de la protection sociale." Il ne veut pas sortir de mesures du chapeau. "Nous aurons une négociation, il n'y a pas que la TVA, il existe d'autres assiettes sur les particukiers comme sur les entreprises."

galerie photo Actualité

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte