Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les cinq annonces à retenir de la Conférence environnementale

Manuel Moragues

Publié le

La quatrième édition de la Conférence environnementale, qui s'est tenue les 25 et 26 avril, a été l'occasion pour le président Hollande et le gouvernement d'annoncer une série de mesures. A défaut d'avancer sur Notre-Dame-des-Landes ou le nucléaire.

Les cinq annonces à retenir de la Conférence environnementale © DR

La dernière conférence environnementale du quinquennat de François Hollande s'est ouverte lundi 25 avril, dans un climat de méfiance, avec même le boycott certaines organisations comme la CGT.

Les centaines de membres d'ONG, d'élus, de syndicats et d'organisations patronales qui ont participé ont tout de même planché sur les propositions du gouvernement.

Lors de la restitution de ces travaux, ce mardi 26 avril en début d'après-midi, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, leur a assuré que "le Conseil national de la transition écologique se réunira début juin pour mettre en oeuvre vos propositions".

De l'allocution d'ouverture de la ministre à celle de clôture du Premier Ministre, Manuel Valls, en passant par le discours du président François Hollande, ces deux jours ont cependant été l'occasion de distiller une série d'annonces, notamment dans l'énergie. Voici les cinq principales.

1-Publication des objectifs pour les énergies renouvelables

Ségolène Royal l'avait annoncé lundi, l'arrêté fixant les objectifs de développement des énergies renouvelables (EnR) a été publié mardi 26 avril. Il prévoit notamment de plus que doubler la puissance installée éolienne et de tripler la puissance installée photovoltaïque d'ici à 2023. A la demande des professionnels, le volume visé des projets attribués pour l'éolien offshore en 2023 a été porté à 6 000 MW.

2-Un prix plancher pour le carbone

Selon l'annonce de François Hollande, la France fixera unilatéralement un prix plancher de la tonne de CO2 qui "donnera plus de visibilité à tous les investisseurs […] privilégiera le secteur de l'électricité, l'utilisation du gaz plutôt que le charbon. Le gouverment donnera les modalités de sa mise en oeuvre dès cette année", a ajouté le président, qui entend entraîner l'Europe pour mettre en place un corridor européen du prix du carbone.

3-Des green bonds pour les banques publiques

L'idée était dans l'air depuis quelque temps, même si c'était plutôt de la dette souveraine qui était visée. Le président de la République a annoncé que "l'Etat demandera aux banques publiques, comme la Banque publique d’investissement, de lancer des obligations vertes". Ces greend bonds, qui permettent de lever des fonds dédiés à des projets environnementaux, étaient jusqu'ici plutôt émis par des entrprises.

4-50% des textes d'applications pour la loi de Transition énergétique

Plus des deux tiers des textes d'applications de la loi de Transition énergétique n'avaient pas été publiés. La ministre de l'Ecologie a annoncé ce 26 avril que toute une série de décrets étaient entre les mains du Conseil d'Etat ou prêts à être publiés, notamment concernant la rénovation énergétique des bâtiments. "Nous avons aujourd'hui 50% des textes d'application, c'est un travail colossal", s'est félicité la ministre.

5-Une PPE pour l'été mais pas forcément de fermetures de centrales nucléaires hors Fessenheim

Manuel Valls a rappelé ce mardi les propos tenus par le chef de l'Etat hier. En substance, l'objectif de ramener la part du nucléaire dans le mix énergétique de 75% à 50% est maintenu. Le gouvernement présentera avant le 1er juillet la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui "contiendra différents scénarios de production nucléaire". Mais tous deux semblent s'en remettre à l'Autorité de sûreté nucléaire, qui rendra son avis sur le parc français après 2018, pour décider de la fermeture de réacteurs. Ce qu'a dénoncé Greenpeace, pour qui "c'est dans la PPE que l’Etat doit traduire les objectifs de la loi de transition énergétique, notamment en indiquant, pour 2018 et pour 2023, le nombre de réacteurs nucléaires à fermer."

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle