Les cimentiers prêts à doubler leur consommation de déchets de bois du BTP

Environ 500 000 tonnes de bois issus de déchets de chantier sont éliminées chaque année. L’industrie cimentière s’est associée aux professionnels du recyclage pour renforcer ses approvisionnements énergétiques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les cimentiers prêts à doubler leur consommation de déchets de bois du BTP

Doubler les quantités de déchets de bois dans les approvisionnements énergétiques des cimenteries, tel est l’objectif que se sont assigné à l’horizon 2020-2021 le Syndicat de l’industrie cimentière, le Syndicat des recycleurs du BTP, le Syndicat national des entreprises de démolition et la branche bois et palettes de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Cet "engagement pour la croissance verte relatif à la valorisation des déchets de bois issus du bâtiment en cimenterie" a été signé avec les ministères de la Transition écologique et solidaire et de l’Economie. Les cimenteries, qui visent à atteindre en 2025 un taux de 50% de combustibles issus de déchets contre 41% actuellement, comptent sur ce contrat pour accélérer leur transition énergétique. "Au niveau national, la réduction de l’enfouissement et la substitution des énergies fossiles par la biomasse sont des objectifs suivis par la profession à travers des engagements. Ils ont été définis par la loi de transition écologique pour la croissance verte", rappelle Fabrice Copin, directeur délégué de l’Association technique de l’industrie des liants hydrauliques.

Des engagements ("green deals") sur les déchets de plâtre, le verre acrylique, les textiles professionnels, les granulats et matériaux de construction inertes ainsi que le verre ont déjà été signés en 2016 et 2017 dans plusieurs filières consommatrices. Concernant la seule valorisation énergétique, la loi prévoit une réduction globale de 30% de la consommation d’énergies fossiles entre 2012 et 2030.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une solution aux stocks pléthoriques de déchets de bois ?

Non contents d’enfourner chaque année environ 300 000 tonnes de combustibles solides de récupération (CSR) et 120 000 tonnes de pneumatiques, les cimentiers souhaitent accéder au gisement d’environ 500 000 tonnes de bois issus du bâtiment éliminées chaque année. Seulement 90 000 tonnes sont actuellement utilisées dans les cimenteries. "Lorsqu’ils passent chez les préparateurs, les bois de démolition sont traités pour faire des copeaux destinés aux filières de fabrication de panneaux. Les fines, elles, n’ont pas de débouché identifié. Elles ne pouvaient aller qu'à l’élimination", observe Fabrice Copin. En 2016, Federec avait tiré la sonnette d’alarme sur les stocks pléthoriques de bois en France, au risque d’exporter à perte pour déstocker.

Dans le cadre du projet de green deal des cimentiers, les volumes de bois traités seront issus de filières locales de démolition et de préparation. La profession insiste sur le caractère global de la valorisation des déchets: "chaque fois que l’on utilise des déchets en valorisation énergétique, la valorisation matière se traduit à travers la fraction minérale des déchets qui brûlent. Le bois génère des cendres qui entrent dans la composition du clinker et du ciment. Autre exemple, à l’intérieur d’un pneu, il y a du fer, valorisé par la suite dans la production de ciment", explique Fabrice Copin. Quatre cimenteries pilotes seront prochainement désignées pour lancer le process.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS