Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Les chemins de fer marocains prévoient 710 millions d’euros d’investissements cette année, à 45% dans le TGV

,

Publié le

Le conseil d’administration de l’ONCF réuni ce 17 février a validé son budget d’investissement pour l’année, dont près de la moitié ira au projet LGV. Cinq des douze rames sont déjà arrivées au Maroc.

Les chemins de fer marocains prévoient 710 millions d’euros d’investissements cette année, à 45% dans le TGV
Rame test du TGV marocain
© oncf

Du cash pour le rail. Au Maroc, l’ONCF a prévu un budget d’investissement de 710 millions d’euros cette année soit environ 7,7 milliards de dirhams. (1 000 dirhams = 93 euros)

C’est ce qui ressort du communiqué publié à l’issue du conseil d’administration réuni à Rabat présidé par Aziz Rabbah, ministre des Transports en présence du directeur général de l’Office, Rabie Khlie.

Principal chantier de l’opérateur ferroviaire, le TGV qui, dans la suite des dernières années, représentera en 2016 une part de 45% du budget d’investissement de l’ONCF.

Pour mémoire, la Ligne à grande vitesse marocaine, la toute première d’Afrique doit relier Tanger à Casablanca  avec un trafic attendu à terme de 6 millions de passagers par an. Elle doit ouvrir fin 2017 début 2018, soit deux ans de retard, à l’achèvement d’un premier tronçon LGV entre Tanger et Kenitra au nord de Rabat. Les tests dynamiques des voitures ayant débuté recemment.

Le marché du matériel roulant, chiffré alors à 400 millions d’euros, avait été emporté par Alstom en 2010. Le coût total du projet incluant l’infrastructure et les gares est de l’ordre de 1,8 milliard d’euros, en partie sur financement de la France. Des entreprises françaises comme notamment Systra, Colas ou Thales sont partie prenante du projet, à commencer par la SNCF pour qui ce marché représente plus de 200 millions d'euros de contrats.

Outre le projet LGV qui absorbe une lourde part du budget d’investissement de l'ONCF, le reste de l’enveloppe de 710 millions d’euros ira à la modernisation des infrastructures existantes ou à l’acquisition de matériel roulant pour l’opérateur marocain qui transporte environ 40 millions de passagers par an (1,5 milliard pour la SNCF par comparaison) sur un réseau de plus de 2 100 km. Le Maroc conduit notamment un programme pluriannuel de développement et d'électrification de son réseau ferré.

Ce que prévoit la loi de finances 2016
Le nombre de voyageurs progressera en 2016 de 5% à 44,1 millions, le transport du fret ainsi que des phosphates se maintiendront quasiment au même niveau qu'en 2015, soit respectivement 10 millions de tonnes et 21 millions de tonnes. Soit au total un chiffre d’affaires de 3,67 milliards de dirhams en hausse de 3,3%, selon les données du PLF 2016.

A ce titre, la Banque africaine de développement (BAD) a par exemple approuvé le 27 janvier un prêt de 112,3 millions de dollars pour renforcer l’axe Tanger–Casablanca–Marrakech et doubler la voie ferrée qui relie la ville de Settat à celle de Marrakech sur 142 km.

A noter que l'ONCF, qui emploie plus de 7 800 salariés travaille avec ses autorités de tutelle à l’élaboration d'un prochain contrat-programme Etat-ONCF (le dernier s'étant terminé en 2015) à savoir le plan "Rail Maroc 2040" ainsi que le projet d’entreprise "Destination 2025".

En attendant, et alors que la fiabilité du réseau fait l'objet de récriminations récurrentes des usagers notamment sur les réseaux sociaux, le budget prévisionnel 2016 de l'ONCF prévoit un chiffre d’affaires en petite augmentation de l’ordre de 3% pour l'ensemble de ses activités Voyageurs et Fret-Logistique.

En 2014, le chiffre d'affaires passager du groupe public s'élevait à 1,5 milliard de dirhams (environ 138 millions d'euros), soit seulement un tiers du chiffre d'affaires total, lequel est constitué au deux tiers des recettes du fret notamment de phosphates de l'OCP.

Retro 2015
L'an dernier l'actualité de l'ONCF a été marqué notamment par :
- l’inauguration de l’atelier de maintenance des rames TGV situé à Tanger par le roi et François Hollande en septembre
- la réception à partir de juin , en plusieurs arrivages par bateau à Tanger de cinq des douze trains grande vitesse
- le premier train effectuant des essais dynamiques de validation "conformément aux procédures d’acquisition
- l’ouverture de l’Institut ferroviaire de formation (IFF) à Rabat ", en collaboration ONCF et SNCFdont les modules dispensés couvrent l'ensemble des métiers ferroviaires et qui formera aussi bien les cheminots français que marocains", indique l'ONCF.

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle