Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

LES CHARMES DU RESEAU VIRTUELDepuis dix ans, AT&T mise sur les réseaux virtuels pour séduire les entreprises. Atlanta est l'occasion rêvée de démontrer la validité du concept.

Publié le

LES CHARMES DU RESEAU VIRTUEL

Depuis dix ans, AT&T mise sur les réseaux virtuels pour séduire les entreprises. Atlanta est l'occasion rêvée de démontrer la validité du concept.



GON, pour " Global Olympic Network ". Le réseau olympique global qu'installe AT&T pour les Jeux d'Atlanta est un réseau quasi invisible. Il ne requiert pas l'installation de matériel de télécommunications. Ce réseau est un exemple de SDN (Software Defined Network) comme les entreprises peuvent en utiliser depuis une dizaine d'années. Une architecture de télécommunications qui utilise un réseau fixe existant pour définir, avec des outils purement logiciels, des sous-réseaux répondant à des applications précises. Dans le cas des Jeux, le réseau virtuel interconnecte toutes les arènes sportives et les centres de gestion comme si des lignes dédiées avaient été mises en place. Mais cela sans qu'aucun changement physique profond ne soit réellement intervenu dans l'infrastructure existante. Quand un point du réseau cherche à en contacter un deuxième, le réseau d'AT&T commence par aller voir si le poste de l'interlocuteur souhaité est libre. Si ce n'est pas le cas, il retourne un signal occupé sans que le réseau physique ait été bloqué à un seul moment. En revanche, si le poste est libre, GON établit instantanément un lien, via le réseau physique d'AT&T. Cela est effectué en temps réel et pour la seule durée de la conversation. Les intérêts d'un tel réseau sont nombreux : numérotation simplifiée et homogène, facturation centralisée, autorisation d'accès, fonctionnalités supérieures à l'offre courante du réseau téléphonique et, surtout, remplacement de la kyrielle de lignes dédiées des Jeux passés par une seule structure cohérente.

AT&T possède le plus grand réseau du monde

Le réseau olympique d'AT&T voit au-delà des Jeux d'Atlanta. Le géant américain des télécommunications prévoit, par exemple, d'étendre sa connectivité à tous les comités olympiques nationaux d'ici à 2002. Mais, dans le même temps, l'essentiel du GON disparaîtra à la fin des Jeux, et AT&T commencera à mettre en place son équivalent pour les Jeux de Nagano, puis de Sydney et de Salt Lake City. Pour une manifestation comme les Jeux olympiques, attirant des visiteurs du monde entier, AT&T a une position rêvée. Son réseau physique, qui voit transiter 185 millions d'appels par jour, est le plus grand du monde avec près de 4,5 milliards de kilomètres de câbles. Et il peut supporter la plupart des services avancés existant aujourd'hui. A Atlanta, AT&T offrira ainsi une panoplie complète de services sur le GON. Certains, comme AT&T Language Services, n'ont qu'un très faible contenu technologique. Ce service, disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n'a pour objet que de fournir des traductions en 140 langues, en mettant en contact des utilisateurs ayant besoin de traduction avec un traducteur. D'autres sont plus avancés. AT&T offre ainsi la possibilité d'envoyer simultanément une télécopie à 1 000 destinataires différents dans 170 pays. De même, l'entreprise fournit à l'Acog un service de vidéoconférence. Il permet, entre autres, aux organisateurs, à Atlanta, de voir leurs collègues du CIO, en Suisse. Quant aux photojournalistes, ils pourront, eux, adresser leurs documents à leur magazine par voie électronique. L'intelligence d'un réseau virtuel permet cette versatilité. Le réseau est en effet capable de reconnaître si un appel correspond à un transfert de voix ou de données et, en fonction des autorisations associées au numéro d'appel, de mettre en oeuvre les ressources les mieux appropriées pour acheminer l'appel. Le GON servira à AT&T de vi- trine pour son service OneNet, opérationnel depuis la fin 1994, et qui permet de combiner un réseau virtuel longue distance avec des numéros de Téléphone vert. Avec les réseaux virtuels, les grandes entreprises n'ont plus besoin d'acheter et de maintenir des lignes dédiées. Mais AT&T compte aussi prouver, avec OneNet, que le concept de réseau virtuel permet d'incorporer, sans douleurs, une vaste gamme de fonctionnalités de manière évolutive. Le message commercial dépasse de loin l'enjeu des Jeux olympiques.





USINE NOUVELLE N°2555
 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle