L'Usine Agro

Soupçonnés d'entente sur les prix du jambon, 14 industriels dans le viseur de l’autorité de la concurrence

Adeline Haverland ,

Publié le

L'Autorité française de la concurrence confirme l’ouverture d’une enquête pour entente sur les prix du jambon en amont et en aval. 14 industriels de la charcuterie, parmi lesquels Fleury Michon et Nestlé sont concernés par les investigations.

Soupçonnés d'entente sur les prix du jambon, 14 industriels dans le viseur de l’autorité de la concurrence
Une enquête de l'autorité française de la concurrence vise 14 industriels de la charcuterie

Dans son édition du jour, Le Monde révèle qu’une enquête de l’Autorité française de concurrence est en cours concernant une entente des prix entre 14 industriels de l’industrie du jambon. L’information a été confirmée par l’institution qui n’a toutefois pas souhaité s’exprimer davantage sur le sujet.

14 industriels impliqués

Sur une période allant de janvier 2011 à avril 2013, 14 industriels, dont Campofrio food, COOP, Fleury Michon, Intermarché et Nestlé (marque Herta), se seraient entendus pour fixer les prix à la baisse avec les producteurs et relever les prix proposés à la grande distribution. Une entente sur les tarifs en amont et en aval qui, s’elle est avérée, "serait une première dans l'histoire de la concurrence" écrit le quotidien.

Les industriels sont également soupçonnés d’avoir coordonné leur réponse aux différents appels d’offre des distributeurs pour leurs marques distributeurs.

Selon les informations du Monde, l’enquête aurait commencé en 2012 à la suite d’une demande de clémence (demande de diminution de sanctions contre l’échange d’informations) déposée par l’une des entreprises du secteur. Cette requête a abouti à l'ouverture d'une investigation en 2013 au cours de laquelle des perquisitions auraient mis à jour des pratiques anti-concurrentielles.

La Fict garde le silence et Fleury Michon conteste

La FICT, (Fédération professionnelle représentative des industries charcutières), principal syndicat du secteur, n’a pas souhaité prendre position sur le sujet. "Cela ne rentre pas dans notre champ de compétences" explique un porte-parole avant d’ajouter "l’enquête ne concerne que 14 industriels sur les 210 de nos membres".

Citée parmi les entreprises concernées, Fleury Michon reconnaît, de son côté, avoir reçu des notifications de la part de l’autorité de la concurrence: "Je vous confirme que la société Fleury Michon ainsi que certaines de ses filiales ont reçu de l’Autorité de la Concurrence, une notification de griefs pour entente horizontale le 19 février 2018 suite à une procédure initiée en 2013. La Société Fleury Michon a contesté cette notification", explique le groupe vendéen.

Toujours selon le quotidien du soir, la décision de l'Autorité de la concurrence devrait intervenir mi 2019. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte