Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Les chantiers maudits] L'EPR de Flamanville, la vitrine commerciale du nucléaire français vire au cauchemar

Alice Vitard , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Série d'été Le 26 juillet 2019, EDF a annoncé que la mise en service du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dont le chantier a débuté en 2002, ne pourra pas avoir lieu avant 2022. La faute à huit soudures, situées à des endroits très difficiles d'accès, présentant d'importantes anomalies. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) estime qu'EDF n'a pas le choix de les rependre, alors que le groupe français hésitait. Au début de ce même mois, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, avait commandé un "audit indépendant" sur ce chantier. Retour sur une quinzaine d’années maudites pour un projet qui devait être la vitrine commerciale du nucléaire français.  

[Les chantiers maudits] L'EPR de Flamanville, la vitrine commerciale du nucléaire français vire au cauchemar
Le chantier de Flamanville est un véritable gouffre financier.

La France n’aurait-elle pas signé pour un cauchemar à durée indéterminée ? Quinze ans de tourmente et toujours pas d’issue. Bienvenue dans la saga de Flamanville !

L’histoire débute en 2004 lorsque le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin donne son feu vert pour la construction d’un réacteur nucléaire troisième génération sur le site manchois, où deux réacteurs de deuxième génération sont déjà en service. Cela fait vingt ans que la France n'a pas lancé de chantier nucléaire. Après l'accident de Tchernobyl, l'Hexagone s'est doucement éloignée de ces projets. Mais, en pleine période de flambée des prix du baril du pétrole, la France voit dans le nucléaire une manière de relancer sa filière industrielle et ainsi garantir son indépendance énergétique. 

L'objectif du "European Pressurized Reactor", soit réacteur pressurisé européen, est alors d'améliorer la sûreté nucléaire et la protection des travailleurs contre les rayonnements ionisants. Aujourd'hui, l'EPR n'a[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle